Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


L'ETRANGE FESTIVAL 2016 : critique de SAM WAS HERE de Christophe Deroo (France)

Publié par lecinemadolivierh sur 23 Septembre 2016, 19:18pm

Catégories : #Critique Film, #Festival, #Sam was Here, #Christophe Deroo, #Vixens

Critique de SAM WAS HERE de Christophe Deroo (France/Etats-Unis) :

Première mondiale, vu à L’Etrange Festival 2016, où il était en compétition internationale. En présence de l’équipe du film (réalisateur, producteurs, …)

Année : 2016

Genre : thriller survival

Synopsis : Perdu au fin fond du désert californien, Sam (Rusty Voiceless Joiner) un démarcheur cherche de nouveaux clients en passant de village en village. En vain. Alors que sa voiture tombe en panne et qu’un tueur rôde dans la région, il va découvrir l’hostilité de la population locale et sombrer peu à peu dans la paranoïa…

Sam Was Here est le 1er long métrage du réalisateur français Christophe Deroo, un habitué de L’Etrange Festival en tant que festivalier !

Sam Was Here est produit par Katya Mokolo, Christophe Deroo, Clément Leputre, Olivier Muller et Gary Farkas.

Les sociétés de production sont KuroKitsu, Vixens Films (Producteur également du prochain film du turque de Can Evrenol, réalisateur de Baskin), Firm Studio, Benzene Music et Nightcall Productions.

Le budget du film avoisine les 150 000 euros.

Le film a été tourné en douze jours.

Le film est distribué par WTFilms.

Note IMDB : 7,4/10 sur 37 votes. Une bonne note.

Mon avis : le film a été présenté à L’Etrange Festival par Frédéric Temps, qui cite qu’il est difficile aujourd’hui de financer ce genre de film en France. Et il a bien raison ! Les producteurs officiels ou officieux, ainsi que les distributeurs ne se mouillent pas dans ce genre qui peut leur être fatal financièrement. Heureusement pour nous, quelques films comme Sam Was Here réussissent à voir le jour avec des budgets minimes et à être présentés en festivals. Reste la distribution en salle qui est un autre combat ! Donc déjà, chapeau à l’équipe d’avoir réalisé ce film en Californie en un temps record. La photographie léchée d’Emmanuel Bernard plonge intégralement le spectateur dans le désert californien. Le groupe Christine (Rien à voir avec John Carpenter, hein ?) nous distille un son électro, proche des résonnances que l’on a pu entendre dans Drive de Nicolas Refn Winding. Les premières notes de musique du film imposent une ambiance électrique, anxiogène et suffocante.

Mais qui dit premier film, dit quelques défauts. Malgré la durée du film de 75 minutes, le film a ses longueurs sur certaines scènes. Il y a très peu de dialogue et très peu de rôles secondaires, rendant le film un peu plat, à l’instar de Seul au Monde. Ne comptez pas sur le réalisateur, Christophe Deroo, également scénariste du film, pour vous donner des explications sur les événements qui se déroulent dans le film. Le réalisateur laisse l’imagination du spectateur se faire son idée. Et je pense qu’il y a sûrement différents points de vue. Sam est-il fou ou bien est-il victime d’un plan diabolique ? Quel est ce lieu étrange où se trouve Sam ? Un lieu qui semble être bénéfique contre la douleur (Quand on voit tout ce que fait Sam en étant blessé, on se demande s’il est bien dans le réel …) Est-ce que la chambre d’hôtel enchainée est une représentation de ce qui est enfouie dans l’inconscient de Sam ? Quelque chose de traumatisant que Sam ne veut plus se souvenir ? Le film fait un joli clin d’œil au chef d’œuvre d’Alfred Hitchock, Psychose et également à Ted de Seth MacFarlane (qui n’est pas un chef d’œuvre, hein ?) D’autres diront qu’il y a une influence de La Colline a des Yeux … On pourrait également citer La Quatrième Dimension (Twilight Zone). Le film oscille entre réalité et surréalisme …

Ma note : 7/10. Sam Was Here est un film paranoïaque à voir pour son originalité, sa photographie, son côté chelou, ainsi que pour la très bonne musique de Christine. C’est un film psychotique, hypnotique et surréaliste, laissant le spectateur en tant que libre arbitre au sujet de l’histoire racontée. Un film casse gueule, surtout pour un premier film, qui est finalement assez réussi. Christophe Deroo est un réalisateur français à suivre de près. Dans le même registre, à voir également L’Antre de la Folie de John Carpenter.

Olivier H.

L'ETRANGE FESTIVAL 2016 : critique de SAM WAS HERE de Christophe Deroo (France)
L'ETRANGE FESTIVAL 2016 : critique de SAM WAS HERE de Christophe Deroo (France)
L'ETRANGE FESTIVAL 2016 : critique de SAM WAS HERE de Christophe Deroo (France)
L'ETRANGE FESTIVAL 2016 : critique de SAM WAS HERE de Christophe Deroo (France)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents