Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


Critique de BIG BAD WOLVES de Aharon Keshales et Navot Papushado (Israel)

Publié par lecinemadolivierh sur 8 Juillet 2014, 19:21pm

Catégories : #Critique Film

Big_Bad_Wolves_US_Theatrical_Poster.jpgCritique de BIG BAD WOLVES de Aharon Keshales et Navot Papushado (Israel) :

(Date de sortie en salle le 2 juillet 2014)

 

Genre : thriller

Sujet : quelque part en Israël, des jeunes fillettes sont retrouvées violées, mutilées et sans têtes ! La police est sur l’enquête et matraque un suspect : un professeur. Suite aux ordres de leur supérieur, les poulets vont raccompagner le gars amoché jusque chez lui. Le père de la dernière victime, un écrivain, veut faire justice lui-même en infligeant les mêmes tortures au sadique. C’est-à-dire broyer les doigts, puis arracher les ongles des pieds pour finir … la tête coupée par une scie bien rouillée, histoire d’avoir le tétanos à coup sûr ! Quand le suspect numéro un devient la proie de justiciers sadiques où Charles Bronson est un petit rigolo à côté. Big Bad Wolves (Grands Méchants Loups), peut être interprété de la manière suivante :  Les Trois Grands Méchants Loups et le Vilain Petit Cochon !

 

Accrochez-vous à vos sièges, Big Bad Wolves n’est pas à remettre dans toutes les mains, surtout aux mains d’âmes sensibles ! Big Bad Wolves vous garantit de ressortir mal à l’aise de la projection. Une séance tenante et marquante à jamais ! Une ambiance malsaine à la sauce Wolf Creek ou Saw ou encore J’ai Rencontré le Diable.

Bien sûr, il y a également un message politique dans ce film Israélien sur ce conflit qui n’en fini jamais entre Israël et la Palestine, faisant des victimes chaque jour où Justice rime peut être avec Faiblesse et Perdant ? Que ce soit du côté Israélien ou Palestinien, la femme a son importance. La mère pour les deux Israéliens et la femme pour le Palestinien. Comme quoi, ils ne sont peut-être pas si différents que cela ces deux voisins. A côté de ces 'sauvages' d’Israéliens (dans le film), il y a un pacifiste Palestinien qui se promène à cheval … Venant de réalisateurs Israéliens, c’est osé et c’est très bien utilisé. Chapeau et félicitations !

 

Second film très prometteur de ce duo de réalisateurs, après l’horrifique très réussi Rabies. Keshales et Papushado sont à suivre de très prêt, surtout au beau milieu d’une forêt où rôdent de Grands Méchants Loups !

 

Big Bad Wolves a été présenté dans de nombreux festivals, comme Fantasia (Lieu : Montréal), où il a remporté le Prix du Meilleur Film ainsi que le Prix du Meilleur Scénario, PiFan (Lieu : Busan), 40ème Cérémonie des Saturn Awards (Lieu : Burbank) où il a remporté le Prix du Meilleur Film International ainsi que le Prix de la Meilleure Musique pour Frank Ilfman (Nom ressemblant au talentueux Danny Elfman), Tribeca (Lieu : New York), L’Etrange Festival (Lieu : Paris), Vancouver, Sitges où il a remporté le Prix des Meilleurs Réalisateurs, Strasbourg, LIFFF (Lieu : Lund)où il a remporté la Mention Spéciale du Jury, Fantasporto où il a remporté le Prix des Meilleurs Réalisateurs ainsi que le Prix du Meilleur Acteur

Autant dire, que c’est LE film à voir au cinéma actuellement !  Merci à Fantasia qui a aidé à cette renommée (1er festival l’ayant programmé).

Big BadWolves est distribué par Metropolitan.

 

Actuellement en salle dans très peu de salles (une salle parisienne à l’UGC Les Halles, une salle Strasbourgeoise, une salle Lyonnaise et c’est presque tout !).

Note IMDB : 6,9/10 pour 6 026 votes de la part des internautes. Note assez bonne, mais pas exceptionnelle.

Ma note : 8,5/10. Big Bad Wolves est un grand film de malades qui vous met mal à l’aise pendant une bonne partie du film. La musique du film vous accompagne en profondeur vers les abysses du mal. Et que dire de la mise en scène exceptionnelle avec ses travellings et autres. Certes, il y aura un peu d’humour, mais du noir. Le casting et la distribution des rôles sont parfaits. A voir absolument pour les fans de survival malsain pleins de psychopathes en herbes qui assurent grave (Le père et le grand père de la victime avec leurs trouvailles de tortures digne d’un agent secret). Dixit Quentin Tarantino au Festival de Busan (Corée du Sud) : « Le meilleur film de l’année ! ». C’était en 2013, année de son film cultissime Django Unchained qui est pour moi le Meilleur Film de l’année 2013 !

Olivier H.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents