Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


BIFFF 2013 : programme de la compétition thriller

Publié par lecinemadolivierh sur 19 Décembre 2013, 11:35am

Catégories : #Fantastique

Bonjour,

 

A trois jours avant l'ouverture du Festival International du Film Fantastique de Bruxelles 2013 (BIFFF) mardi 2 avril 2013, voici le programme des films en compétition dans la catégorie Thriller :

 

Confession of Murder de Byung-Gil Jung (Corée)

Sujet : Après une carrière fructueuse, il est coutume d’écrire sa propre bio : voyez seulement Schwarzie après plus de 30 ans de castagne en scope ou encore Loana après deux mois de piscine. Hé bien, c’est à peu près la même chose pour Lee, à ceci près qu’il a attendu la prescription pour les crimes crapuleux qu’il a commis. Oui, parce que monsieur est un serial killer repenti et surtout un as de la communication : son bouquin est un succès énorme, il a un fan-club qui ferait passer celui de Céline Dion pour une réunion d’anciens élèves, et il passe super bien à la télé ! Par contre, la pilule est plus dure à avaler pour les familles des victimes et pour le lieutenant Choi qui a traqué ce foutu salopard pendant des années. Et, plutôt que de se ronger le frein devant ce monstre qui va à confesse en prime-time, les familles endeuillées vont ourdir un plan machiavélique afin de se venger. Mais la tâche va se révéler beaucoup plus difficile lorsque le lieutenant Choi annonce aux médias que Lee est un imposteur, malgré des détails dans le livre que seul le tueur pouvait connaître…

 

Forgotten de Alex Schmidt (Allemagne)

Sujet : Depuis que Jacques Pradel a éteint le projo de Perdu de Vue, pas facile de retrouver des copains d’enfance. Et puis, on grandit, on barbote dans les emmerdes d’adulte et on fait tellement d’autres connaissances que, franchement, le pote aux 26 G.I. Joe ou la meilleure amie aux Polly Pocket mauves, on s’en bat un peu les steaks… Mais, parfois, c’est le contraire qui se produit : ainsi, après 25 ans de silence radio, Hanna et Clarissa se retrouvent par hasard aux urgences d’un hôpital, et c’est ambiance confettis et champagne dès le premier regard ! Elles décident même de repartir sur l’île où elles ont passé quelques étés ensemble. Hanna en profite d’ailleurs pour emmener sa fille et faire la gueule à son volage de mari. Mais, comme le titre l’indique, Hanna a une véritable mémoire de poisson rouge : le secret morbide qu’elle partage avec Clarissa ? Zappé. Les saloperies de jeunesse qui ont traumatisé les péquenauds du cru ? Pffuit :  disparu ! Sauf que tous semblent l’attendre de pied ferme pour une piqûre de rappel. Enfin, une piqûre… On est très gentil. Disons juste que la mort est parfois préférable à certaines vengeances préparées de longue date…

 

Imposter (The) de Bart Layton (Royaume Uni)

Sujet : Juin 1994 : dans la chaleur étouffante du Texas, Nicholas Barclay - un petit garçon de 14 ans - disparaît sans laisser de traces. Trois ans plus tard, dans un petit village espagnol, un couple de touristes appelle la police d’une cabine téléphonique afin de signaler la présence d’un adolescent perdu, complètement apeuré et recroquevillé sur lui-même. Après plusieurs heures de mutisme complet, le jeune inconnu finira par lâcher son nom : Nicholas Barclay…Le soulagement est total pour la famille, et la soeur se précipite dans un avion dans le but de ramener le frangin disparu. Peu importe qu’il parle avec un drôle d’accent, peu importe que ses yeux soient d’une autre couleur et qu’il ressemble plus à un épicier de Barbès qu’à un blondinet texan, la famille y croit tellement fort que l’imposteur ravale rapidos sa salive de manipulateur et finit par se demander si, des fois, ce ne serait pas lui, le dindon de cette farce macabre…

 

Liability (The) de Craig Viveiros (Royaume Uni)

Sujet : Véritable branleur de compétition, Adam a un oedipe mal réglé avec son beau-père et ne se prive pas de le lui faire comprendre par petites touches subtiles : réduire la berline flambant neuve en rubik’s cube pour ferrailleurs en est d’ailleurs l’exemple le plus récent… Sauf que là, beau-papa en a juste ras la casquette de ces foutues touches subtiles à vingt briques. Raison pour laquelle il décide de lui poser un ultimatum : soit Adam s’endette à vie en se grattant les roubignoles devant sa Xbox afin de rembourser la cylindrée, soit il bosse pour lui en tant que chauffeur. Et kékifé bô papa, au juste ? Hé bien, il est psychopathe en chef d’une bande de nettoyeurs (plus proches de Léon que du technicien de surface, cela va sans dire), et - justement - l’un de ses VRP a quelques taches à effacer. Mais ça, Adam ne le sait pas encore quand il s’embarque pour un voyage de 24 heures qui va s’avérer très salissant…

 

Pieta de Ki-Duk Kim (Corée)

Sujet : Homme de main plutôt lourde, Kang-do passe ses journées à récupérer les dettes contractées par de pauvres gens sans le sou auprès de son usurier de patron. Enfin…Récupérer est un bien grand mot, puisque - neuf fois sur dix - ses clients sont fauchés comme les blés et Kang-do se voit obligé de les estropier afin de toucher l’argent de l’assurance. Ça n’a pas l’air très joli-joli vu d’ici, mais le bougre est sans pitié, blindé

comme un char d’assaut contre les remords. Un véritable sociopathe dans toute sa splendeur, jusqu’au jour où une femme va faire irruption dans sa vie, clamant qu’elle est la mère indigne qui l’a abandonné quand il était tout petiot… Lui qui ne versait de larmes que lorsqu’il coupait un oignon va alors découvrir la tendresse et l’amour maternel, éclaircies bienvenues dans sa morne existence. Mais lorsque sa mère sera enlevée, son passé va douloureusement lui rappeler qu’il y a un beau paquet d’estropiés prêts à frapper au portillon de la vengeance. Et Kang-do qui dit que le bonheur est dans le prêt, quelle ironie…

 

Rat King de Petri Kotwica (Finlande / Estonie)

Sujet : Adieu World of Warcraft ! Goodbye Call of Duty ! Et Finis les jeux en réseau… Ca y est, c’est décidé : Juri migre enfin de sa tanière virtuelle et va reprendre un semblant de vie sociale. Travailler son examen d’allemand ou s’occuper un peu plus de sa charmante petite copine, par exemple (et pas nécessairement dans cet ordre, hein). Mais voilà, à peine a-t-il commencé son chemin de croix que Niki, l’un de ses anciens coéquipiers du net, le contacte et lui annonce une mauvaise et une très mauvaise nouvelle : primo, Niki a découvert un nouveau jeu top secret sur la toile. Seul souci : une fois le jeu commencé, il faut le terminer sous peine d’aller crypter du HTML chrétien chez Saint- Pierre. Secondo, il a commencé la partie et doit  impérativement se planquer ! Juri accepte de l’aider tout en compulsant mentalement les Ephésiens 6 :10 afin de résister à la tentation… Mais autant demander à DSK de ne pas dégainer au salon de l’érotisme ! Alors oui, Juri craque, il rechute, mais c’est comme Sega : « c’est plus fort que toi » ! Il commence alors la partie et reçoit comme pseudo : Ratking. Et s’il craignait jusqu’à maintenant son examen d’allemand, il va très vite apprendre à relativiser…

 

Trap for Cinderella de Iain Softley (Royaume Uni)

Sujet : Souvent ravagée comme une estafette normande, Micky est une fêtarde invétérée et une

rentière imbuvable qui ferait passer Paris Hilton pour Soeur Emmanuelle. Enfin, ça c’était avant sa fameuse soirée à thème - bougies & gaz - qui coûta la vie à Domenica, son amie d’enfance, et qui lui valut des mois de reconstruction faciale. Evidemment, se retrouver avec du cuir de dargeot greffé sur le visage, ça vous rend tout de suite plus humble. Mais le gros souci de Micky, c’est son amnésie complète ! Julia, la gouvernante de la famille, a beau faire des soirées diapo et lui parler de son petit copain qui n’est qu’un nouveau machin trucmuche dans sa besace d’inconnus, Micky a du mal à reformater son disque dur. Jusqu’à ce qu’elle se mette à lire le journal intime de Domenica : des souvenirs flous vont doucement émerger et, au fur et à mesure qu’elle rembobine sa vie passée, de nouvelles zones d’ombre risquent fort de la plonger dans la schizophrénie la plus totale. Surtout quand Julia se met à l’appeler Domenica…

 

Soit sept films en compétition, dont trois qui proviennent du Royaume Uni.

Forgotten (Présenté en hors compétition à Fantastic'Arts 2013 et prix du scénario à Fantas Porto 2013), The imposter, The liability et Pieta (Présenté aux Berlinades 2013) ont de fortes chances à remporter le prix.

 

A suivre la dernière catégorie en compétition : les Méliès (Prix européen du film fantastique)

 

Olivier H.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents