Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


JUNK HEAD de Takahide Hori (Japon)

Publié par lecinemadolivierh sur 15 Mai 2022, 13:19pm

Catégories : #Junk Head, #Takahide Hori, #Stop motion, #Gaga Corporation, #UFO Distribution, #Karine Durance, #Post apocalyptique, #robot

JUNK HEAD de Takahide Hori (Japon)

JUNK HEAD de Takahide Hori (Japon)

Animation – science-fiction / 100 minutes

Date de sortie en salles : mercredi 18 mai 2022

Production: GAGA Corporation

Distributeur: UFO Distribution

 

Synopsis : Un humanoïde high-tech, chargé de ramener des informations nécessaires à la survie de l’espèce humaine, est plongé dans les angoissants sous-sols d’un monde post-apocalyptique, peuplé de créatures répugnantes et agressives.

 

Attention, Junk Head est un OVNI piloté sous acides et distribué en France par UFO, quoi de mieux pour coller à l'étiquette !

Origine du projet : le réalisateur japonais Takahide Hori a quasiment conçu Junk Head 1 tout seul pendant sept longues années à peaufiner plan par plan, image par image ce stop motion à vingt-quatre images par secondes alors que le format habituel étant de moitié, douze images par secondes. Un travail acharné et méticuleux qui donne un résultat plus que surprenant.

En 2013, Junk Head 1 était un court-métrage qui a gagné le prix de la meilleure animation au Festival du Court-Métrage de Clermont-Ferrand. Suite à son succès, le court-métrage a été développé en long-métrage intitulé cette fois-ci Junk Head sans le 1.

Le film part sur des chapeaux de roues dès les premières minutes (La première séquence n’est pas sans rappeler un autre film en stop motion, Mad God de Phil Tippett où de bizarres personnages étaient envoyés en mission (par Dieu) dans les profondeurs d’une planète (Terre ?)). On y suit les mésaventures de Parton, un cerveau envoyé depuis les cieux à la rescousse de l'humanité. Parton est recueillit par un scientifique qui le met dans un corps d'un joli robot blanc tout mignon (Celui de l'affiche mortelle!).

Le robot va se retrouver dans des situations très dangereuses face à des monstres (Resident Evil n'est pas loin) dans des tunnels souterrains obscurs. Il y a une chose qui se vérifie : Parton court vite et c'est tant mieux pour lui ! Les scènes spectaculaires de Junk Head s'enchainent à la vitesse de la lumière accompagnées par une musique électro composée par un certain Takahide Hori (encore lui!). Les mouvements du robot sont fluides et les images ne sont pas saccadées. Un travail de fou accomplit par un seul homme (si cela en est un).

Junk Head est une fable existentielle dans un monde où les femmes ont pris le contrôle sur les hommes. Et quand les femmes partent, et ben, les souris dansent non ?

Mais comme il fallait peut-être si attendre du fait qu'à l'origine le projet était un court-métrage, Junk Head souffre de quelques scènes en trop, de quelques moments répétitifs.

Mais au final, Junk Head est une pépite visuelle explosive qui en met plein les yeux. L'animation en stop motion de l'année !

 

 

Et pendant ce temps, Takahide Hori travaille sur son prochain court-métrage Fresh Peach.

 

Attention : lors de certaines projections de ce mercredi 18 mai, des goodies magnifiques seront distribués lors de quizz après la projection.

 

Mad Oliver.

JUNK HEAD de Takahide Hori (Japon)
JUNK HEAD de Takahide Hori (Japon)
JUNK HEAD de Takahide Hori (Japon)
JUNK HEAD de Takahide Hori (Japon)
JUNK HEAD de Takahide Hori (Japon)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents