Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


Critique du long-métrage SANTA & CIE d'Alain Chabat (France)

Publié par lecinemadolivierh sur 6 Janvier 2018, 14:45pm

Catégories : #Critique Film, #Santa & Cie, #Alain Chabat, #Alain Goldman, #Légende Films, #Gaumont Distribution, #Chez Wam, #Golshifteh Farahani, #Pio Marmaï, #Simon Aouizerate

Critique du long-métrage SANTA & CIE d'Alain Chabat (France)

Critique de SANTA & CIE d’Alain Chabat (France) :

Date de sortie en salle : 6 décembre 2017

Durée : 92 minutes

Genre : comédie familiale

 

Synopsis : Rien ne va plus à l'approche du réveillon : les 92 000 lutins chargés de fabriquer les cadeaux des enfants tombent tous malades en même temps ! C'est un coup dur pour Santa (Claus), plus connu sous le nom de Père Noël... il n'a pas le choix : il doit se rendre d'urgence sur Terre avec ses rennes pour chercher un remède. À son arrivée, il devra trouver des alliés pour l'aider à sauver la magie de Noël.

 

 

Santa & Cie est produit par Alain Goldman.

Sociétés de production : Légende Films en coproduction avec Gaumont, Chez Wam (Alain Chabat), France 2 Cinéma, Nexus Factory et Umedia. Avec la participation de Canal+, France Television et OCS.

Distributeur France : Gaumont Distribution.

Note IMDB : 6,5/10 sur 432 notes

 

 

Avis : Santa Claus, interprété par Alain Chabat, qui porte plusieurs casquettes dans le film (Scénario, dialogues, coproduction, réalisation, acteur …), peut-être un peu trop, se retrouve vite dépassé lorsque ses quatre-vingt-douze mille lutins s’évanouissent brutalement dans la fabrique de jouet (Spéciale dédicace à Charlie et la Chocolaterie de Tim Burton) à seulement quelques jours de la fête de Noël. Le voilà-t-il pas obligé d’aller faire un aller-retour avec ses rennes et son traineau sur Terre à la recherche d’un bon petit paquet de vitamines C. Lorsqu’il arrive à Paris où il stationne son traineau au Moulin Rouge, il est vite pris pour un sans domicile fixe avec son allure mal rasé et sa robe de chambre verte …

 

Voilà le pitch de Santa & Cie spécialement conçu, commercialement en tout cas, pour les fêtes de fin d’année ! Mais voilà, le film pêche, ne sachant pas vers quel public aller. Le jeune public ou bien le public vieillissant nourrit avec Les Nuls de Canal+ ? Les gags s’enchainent sans éclat de rire. Il y a bien un ou deux sourires par-ci, par-là, mais sans plus. Tout est en retenue, ou en manque d’ambition … La scène qui sort du lot des gags à effet pétard mouillé est la scène avec Jean-Pierre Bacri. Dommage. Il semblerait qu’Alain Chabat ait peut-être chopé la grosse tête après le succès de son adaptation d’Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre réalisé en 2002 ! Succès hautement remporté par un casting trois étoiles, et surtout un Djamel Debbouze au top ! Mais voilà, dans Santa & Cie, Alain Chabat a choisi de prendre le rôle du personnage principal, que l’on voit presque dans toutes les scènes. Cela en devient lourd … Le monde a évolué depuis la période des Nuls.

Pour revenir au casting, le duo d’acteurs Golshifteh Farahani (Syngué Sabour, Pierre de Patience) et Pio Marmaï forment un charmant couple parisien, mais ils n’arrivent pas à transcender le spectateur. Audrey Tautou dans le rôle de Wanda Claus, la mère Noël, n’est pas non plus exceptionnelle, laissée de côté dans l’aventure du moustachu. Simon Aouizerate est le jeune acteur qui impressionne dans Santa & Cie. Sa petite bouille ronde le rend empathique et joyeux à souhait ! Le genre de gamin qui vous fait avaler des couleuvres et qui vous fait un sourire charmant pour échapper à toute punition.

 

Les effets spéciaux supervisés par Yves Domenjoud (Supercondriaque, Rien à Déclarer, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre …) , sont assez bien réussi, surtout la fabrique de jouet, mais il n’y a pas grand-chose d’original, de non déjà-vu.

 

 

Note : 3/10. Au final, Santa & Cie ne sera pas la comédie de l’année 2017, loin, très loin, derrière Le Sens de la Fête d’Eric Toledano et Olivier Nakache. Les personnages secondaires ne sont pas assez développés. Le joli cadeau de Noël déçoit une fois ouvert ! Tout émerveillement se dissipe dès le premier quart d’heure du film, malgré la scène de la fabrique de jouet qui en met plein la vue, mais qui manque de linéarité scénaristique.

Mad Olive

Le moustachu

Le moustachu

Critique du long-métrage SANTA & CIE d'Alain Chabat (France)
Critique du long-métrage SANTA & CIE d'Alain Chabat (France)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents