Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


Critique : LAISSEZ BRONZER LES CADAVRES d'Hélène Cattet et Bruno Forzani (France \ Belgique)

Publié par lecinemadolivierh sur 11 Octobre 2017, 18:57pm

Catégories : #Critique Film, #Laissez Bronzer les Cadavres, #Hélène Cattet, #Brno Forzani, #Jean-Pierre Bastid, #François Cognard, #Jean-Patrick Manchette, #Eve Commenge, #Anonymes Films, #Tobina Film, #Shellac Distribution, #FEFFS, #Hervé Sogne, #Bernie Bonvoisin, #Stéphane Ferrara, #Pierre Nisse, #Marc Barbé

Critique : LAISSEZ BRONZER LES CADAVRES d'Hélène Cattet et Bruno Forzani (France \ Belgique)

Critique : LAISSEZ BRONZER LES CADAVRES d’Hélène Cattet et Bruno Forzani (France \ Belgique) :

Date de sortie en salles : 18 octobre 2017

Vu en avant-première à l’UGC des Halles, en présence de l’équipe du film (Le producteur François Cognard, l’écrivain Jean-Pierre Bastid, ainsi que les deux réalisateurs accompagnés de tout le casting)

Durée : 90 minutes

Genre : polar graphique

 

 

Synopsis : La Méditerranée, l’été : une mer d’azur, un soleil de plomb… et 250 kilos d’or volés par Rhino et sa bande! Ils ont trouvé la planque idéale : un village abandonné, coupé de tout, investi par une artiste en manque d’inspiration. Hélas, quelques invités surprises et deux flics vont contrecarrer leur plan : ce lieu paradisiaque, autrefois théâtre d’orgies et de happenings sauvages, va se transformer en un véritable champ de bataille… impitoyable et hallucinatoire !

 

 

 

D’après le roman éponyme de Jean-Pierre Bastid et Jean-Patrick Manchette (Edition Gallimard).

Laissez Bronzer les Cadavres est le troisième long-métrage du duo Cattet et Forzani (Amer, l’Etrange Couleur des Larmes de ton Corps).

Laissez Bronzer les Cadavres est produit par Eve Commenge et François Cognard.

 

 

Sociétés de production : Anonymes Films, Tobina Film et le Centre du Cinéma et de l’Audiovissuel de la fédération Wallonie-Bruxelles.

Distributeur : Shellac Distribution.

Note IMDB : 6,1/10 sur 104 notes.

 

 

En festivals :

Laissez Bronzer les Cadavres a remporté le prix du Méliès d’argent au FEFFS 2017 (France), il est donc en liste au Méliès d’or à Trieste 2017 (Italie).

Laissez Bronzer les Cadavres a été présenté en avant-première mondiale au festival de Locarno 2017 (Italie), puis au festival de Toronto 2017 (Canada) ainsi qu’au festival de Namur 2017 (Belgique).

 

 

Avis : Laissez Bronzer les Cadavres se déroule dans des ruines quelque part sur une colline en Corse, dans les années 70. (Le film est une jolie carte postale de la Corse). Un soleil de plomb tape méchamment, rendant les protagonistes à la lisière d’un rêve hallucinatoire. Et c’est là que les réalisateurs Hélène Cattet et Bruno Forzani souhaitent emmener leurs spectateurs. Dans un endroit où il n’y a plus de marque, plus de repère, où le spectateur se détache de la réalité pour s’enfoncer dans des souvenirs enfouis qui ressurgissent par l’intermédiaire de couleurs ou de sons. Une expérience sensorielle ! Dès la première séquence, il est question de symétrie et d’art. Toute la forme du film est posée dans cette première scène. Le cadre va jouer avec les symétries et les couleurs pendant tout le long du film. Il y a de très bonnes et belles trouvailles. C’est de l’art contemporain, surréaliste.  Et contrairement aux deux précédents films des réalisateurs,  Amer et L’Etrange Couleur des Larmes de ton Corps qui n’ont aucun dialogue, Laissez Bronzer les Cadavres en a, ce qui rend le film un peu plus audible.

 

Laissez Bronzer les Cadavres a une scène magnifique de braquage d’un fourgon blindé dès les premières minutes du film. La mise en scène nerveuse est violente. Une superbe séquence d’action avec le bruit des armes à feu assourdissante. Puis vient (enfin ?), le générique de début, superbe visuellement, génial graphiquement. Le générique arrive telle une porte ouverte, non pas en enfer, mais dans le monde visuel et sonore des réalisateurs. Les premières minutes du film annonçant étrangement les couleurs du film !

 

Je dois avouer que j’avais certains doutes au sujet du film après avoir vécu une mauvaise expérience lors de la projection d’Amer au festival de Gerardmer il y a quelques années déjà. C’était ma toute première expérience de ce genre giallo surréaliste dépourvu de dialogue et j’en suis ressorti avec un goût amer dans la bouche. C’est normal, c’était mon baptême de feu ! Je n’ai pas vu leur second long-métrage … Sachant que Laissez Bronzer les Cadavres était un genre polar, western spaghetti avec des dialogues, je me suis décidé d’aller le voir, d’où cette critique qui commence à s’éterniser …

 

Côté casting, les acteurs (Stéphane Ferrara, Hervé Sogne (assis à côté de moi à la projection !), Bernie (Chanteur du groupe Trust) Bonvoisin (excellent !), Pierre Nisse, Marc Barbé …) ont chacun une tronche faisant penser à celles d'un Lino Ventura ou encore à celle d'un Jean Gabin. Ces acteurs des années 70 qui en avaient par leur présence, par leur tronche. Chapeau bas pour l’actrice principale Elina Löwensohn (Les Garçons Sauvages de Bertrand Mandico) qui interprète Luce, à l’effigie d’un Clint Eastwood en femme qui en a dans la culotte. Elle fume même le cigare ! (Image pouvant être interprétée selon Freud, comme une scène érotique).

 

La photographie de Manuel Dacosse (Amer, L’Etrange Couleur des Larmes de Ton Corps, Alleluia de Fabrice du Welz, Evolution de Lucile Hadzihalilovic) est magnifique. Chaque plan est un tableau ou plutôt le film est composé d'innombrables tableaux. Que dire au sujet de la musique, sinon qu'elle est géniale, même si certains diront qu'elle est un peu trop omniprésente ...

Les effets spéciaux de David Scherer sont également à la hauteur. Le sang gicle.

 

 

Note : 7,5/10. Laissez Bronzer les Cadavres est une œuvre d’art (pour ne pas dire un chef d'oeuvre)! Un film qui vous emporte ailleurs, dans un univers sensoriel, érotique, graphique et superbe esthétiquement ! Une expérience à vivre tel un grand huit qui vous retourne la tête. Le film est blindé de références, en passant par le genre westerns spaghetti (Le Bon, La Brute et Le Truand par exemple), puis au genre giallo (Les Frissons de l’Angoisse par exemple), ainsi qu'au film Emmanuelle (Image d'elle assise dans son fauteuil). Je serai bien curieux de savoir ce qu’en a pensé l’auteur Jean-Pierre Bastid présent à la projection. Le pari n'était pas gagné d'avance. Adapter un roman en y ajoutant sa patte artistique, son ADN cinématographique … Le résultat est bluffant. En tout cas, je viens de m’acheter le livre et j’attends qu’il fasse un soleil de plomb pour me mettre en condition et me remémorer certaines scènes déjà cultes du film …

 

Remerciement : Karine Durance

Olivier H.

Le demi visage de Luce ... intrigante, palpitante, bref une pisseuse !

Le demi visage de Luce ... intrigante, palpitante, bref une pisseuse !

Critique : LAISSEZ BRONZER LES CADAVRES d'Hélène Cattet et Bruno Forzani (France \ Belgique)
Un brin de bronzette avec un de ses amants. Ce n'est pas cool les vacances ?

Un brin de bronzette avec un de ses amants. Ce n'est pas cool les vacances ?

On se prend le bec aussi ...

On se prend le bec aussi ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents