Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


Compte rendu de la projection privée de cinq productions 2016/2017 de ORIGINE FILMS

Publié par lecinemadolivierh sur 25 Juin 2017, 15:21pm

Catégories : #court metrage, #OriGine Films, #J'Aime Eva Marsh, #Emilie Dubois, #Story of a job interview, #Alkim Ozmen, #Ibrahim Selim, #Ride Sally Ride, #Kapitalistis, #Julien Hosmalin, #Pablo Munoz Gomez, #Georges Siatidis, #Rémy Rondeau, #Anna Hints

Compte rendu de la projection privée de cinq productions 2016/2017 de ORIGINE FILMS

Le 13 juin 2017, OriGine Films a organisé une projection privée à Paris de cinq courts-métrages produits en 2016 & 2017.

 

Les voici dans l'ordre de projection :

STORY OF A JOB INTERVIEW de Alkim Ozmen (Turquie / France)

Durée : 15 minutes

Pitch : Erdem (Ibrahim Selim) est un journaliste de 35 ans. Il est sans emploi depuis les quinze derniers mois et s'apprête à devenir père. Après un entretien d'embauche négatif de plus, il prend le Directeur de l'information en otage.

Sur fond de crise économique, Story of a Job Interview est assez réussi. Le court nous fait réfléchir jusqu'où pourrions-nous aller pour gagner de quoi survivre voir vivre ? L'acteur Ibrahim Selim est impressionnant dans le rôle du père au bord de la crise de nerf, avec une cocotte minute à la place du cerveau. Le spectateur assiste à une descente aux enfers de ce futur père. Un court choc qui critique en un certain sens la société, ainsi que la presse toujours à l'affut d'un gros titre.

Ma note : 8,5/10. Assez bon et percutant qui vous va droit dans l'estomac !

 

 

RIDE SALLY RIDE de Julien Hosmalin (France / Belgique). En présence du réalisateur qui indique que le film est personnel.

Durée : 24 minutes

Pitch : Quelques mois après leur rupture, Alice (Garance Thenault)et Samuel (Benjamin Ramon) se retrouvent sur le parking d'un restoroute pour se rendre leurs dernières affaires. Les retrouvailles sont tendues, lorsqu'un aveu inattendu vient bouleverser la donne. Entre regain amoureux et relents du passé ... où les mènera cette journée ?

L'image de Bertrand Marin est très belle esthétiquement. Le jeu de lumière est magnifique. Ride Sally Ride repose uniquement sur deux personnages Alice et Samuel. J'ai trouvé le court un peu long, même si le court lorgne sur le fantastique avec l'apparition du propriétaire du restoroute. Une histoire digne d'un épisode de Twilight Zone.

Ma note : 6/10. Pas mal, avec de belles images et un final assez bon.

 

 

KAPITALISTIS de Pablo Munoz Gomez (France / Belgique)

Durée : 15 minutes

Pitch : "Le Père Noël est un capitaliste. Il apporte des jouets aux enfants riches et des pulls aux pauvres." Loukas, 5ans.

Attention, Kapitalistis est une bombe à rires ! La salle a bien rie. L'acteur Georges Siatidis est superbement drôle et attachant dans le rôle d'un père fauché livreur de pizza qui souhaite faire plaisir à son jeune fils. Tous les acteurs dans le film sont bon, tout droit sortis d'une Belgique déconnante. Côté distribution, on prend du plaisir à retrouver Wim Willaert (L'Oeil Silencieux de Karim Ouelhaj), l'excellent et drolissime Jean-Benoît Ugeux (L'Ours Noir, Je Me Tue A Le Dire, Le Plombier), Catherine Salée (L'Ours Noir, Je Me Tue A Le Dire, Le Plombier) et Tom Audenaert (Le Plombier). Ils ont tous des rôles décalés et hilarants. Au merveille quand l'on voit que l'excellent Xavier Seron (L'Ours Noir, Je Me Tue A Le Dire, Le Plombier) a co-écrit le scénario de cette pépite aux côtés de Pablo Munoz Gomez et Sarah Schenkel.

Ma note : 10/10. Kapitalistis est le nouvel Objet Cinématographique Belge qui décoiffe et qui fait beaucoup de bien au moral ! Je le conseille vivement c'est une tuerie sur fond encore ici de critique du capitalisme du toujours plus.

 

 

J'AIME EVA MARSH de Rémy Rondeau (France). En présence du réalisateur et d'une partie de l'équipe dont Jaouen Gouevic et Elyne Craipeau.

Durée : 24 minutes

Pitch : Ete 1996. Une petite ville nichée dans l'ombre d'une gigantesque usine. Ben (Jaouen Gouevic), un garçon timide de 11 ans, y vit seul avec sa mère ouvrière (Morwenna Spagnol), quand celle-ci l'abandonne pour faire la grève. L'arrivée dans sa bande de la troublante Eva (Elyne Craipeau) le perturbe encore plus, surtout quand elle évoque la légende d'une mystérieuse créature cachée sous un ponton du lac voisin. Par jeu, Eva lance un défi à Ben : aller jusqu'au bout du "ponton de la mort", et revenir. Mais Ben échoue lamentablement. Le soir, la créature lui apparait.

J'Aime Eva Marsh a fait sursauter plusieurs fois mon voisin de couloir, c'est dire que le film fonctionne assez bien. A moins que mon voisin ait un sacré tic ! Le court est très bien réalisé avec une troupe de jeunes acteurs qui portent le film sur leurs épaules. La musique (piano) signée Romain Trouillet et Rémy Rondeau est très belle.

Ma note : 8/10. Un court tendre et horrifique à la fois. Deux en un !

 

 

ICE de Anna Hints (Estonie / France / Luxembourg)

Durée : 15 minutes

Pitch : Harri (Mait Malmsten) est lieutenant colonel dans l'armée estonienne. Divorcé, il ne voit son fils (Aksel Ojari) de dix ans que pendant les vacances scolaires. Harri décide de rattraper le temps perdu en organisant un voyage père-fils vers une île. Manquant le dernier Ferry, Harri décide d'emprunter une route locale sur la mer gelée.

Ice est un film glaçant d'une part de par son climat (paysage estonien gelé tout blanc) et d'autre part par son histoire. A ce juste titre, les images de Tonis Tuuga sont magnifiques. Le film soulève la réflexion de l'état de santé des soldats revenus de guerre comme l'Irak ou l'Afghanistan. Ne sont-ils pas marqués à vie par ce qu'ils ont vu et vécu ? Ice est en quelque sorte un Taxi Driver Estonien.

Ma note : 8/10. Encore un film percutant, dramatique, très bien réalisé par Anna Hints qui a étudié le concept de la mémoire personnelle et culturelle. Elle développe son premier long-métrage co-réalisé avec Maria Reinup. A surveiller de près.

 

Pour conclure, OriGine Films nous a concocté une très belle et bonne soirée avec ces cinq courts-métrages de bonne qualité et d'azimuts différents. OriGine Films est l'une des meilleures société de production et distribution de courts-métrages. Allez voir son catalogue sur son site officiel, c'est hallucinant et belge comme il le faut aussi !

Remerciement : Emilie Dubois.

Olivier H.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents