Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


Critique du court-métrage RADHA de Nicolas Courdouan (Irlande)

Publié par lecinemadolivierh sur 5 Mai 2017, 18:56pm

Catégories : #critique court, #Fantastique, #experimental, #Radha, #Nicolas Courdouan, #Sue Walsh, #Kojii Helnwein, #Meme pas Peur, #Bloody Week-End, #Short Corner Cannes

Critique du court-métrage RADHA de Nicolas Courdouan (Irlande)

Critique du court-métrage RADHA de Nicolas Courdouan (Irlande) :

Année : 2016

Durée : 22 minutes

Genre : fantastique\expérimental

 

Synopsis : Dans une forêt, une jeune femme (Sue Walsh) sort toutes les affaires d’un sac les jetant dans un trou en terre pour les brûler. On y voit un portrait de deux petites filles, Saoirse (Juliette Daly) et Niamh (Grace O’Donoghue). De retour dans sa chambre, la jeune femme remet des affaires dans son sac. La voilà partie pour un nouveau voyage inattendu auprès d’une mystérieuse danseuse, Radha (Kojii Helnwein) …

 

 

Radha est auto produit par Nicolas Courdouan et co produit par Anna Harris.

Société de production : Black Ostrich Entertainment.

Note IMDB : non connue

 

En festivals :

Radha a été sélectionné au Festival Meme pas Peur 2017 (Réunion), au H.P. Lovecraft Film Festival (Etats-Unis), ainsi qu’à Auckland International Film Festival (Nouvelle-Zélande) … Il sera présenté au Short Film Corner au Festival de Cannes 2017 (France).

Radha a remporté les prix du court-métrage de l’année, meilleur film fantastique, meilleur réalisateur et meilleur actrice pour Kojii Helnwein au Shiver International Film Festival 2016 (Canada).

 

 

Avis : Radha est une version courte du scénario du long-métrage intitulé Scenes From a Memory, écrit par le réalisateur français Nicolas Courdouan, qui est en phase de pré-production, à la recherche d’investisseurs financiers (producteurs). Radha est en quelque sorte sa carte de visite qui  n’en est pas moins intéressante.

La première partie du court-métrage commence dans le registre suspens, où l’on voit Saoirse (SueWalsh), le personnage principal, s’enfouir d’une fête entre amis, pour terminer dans un endroit où la danseuse Radha (Kojii Helnwein) envoûte des spectateurs. C’est une scène de « bodyscapes », où le cadre de la caméra est très proche du corps. La danseuse semble en transe dans une danse très lente et envoûtante. Les spectateurs semblent fiévreux et palot. Mention spéciale pour le personnage interprété par l’acteur Gerry Wade. Le maquillage est très réussi. En parlant d’image réussie, l’esthétisme issu de la photographie de Tess Masero Brioso et de l’étalonnage de Leandro Arouca est superbe. Le film est aussi bien sombre par son image que par son histoire.

Malgré un format assez court, Radha souffre d’un manque de rythme avec les deux scènes de danse un peu longue à mon goût. Radha est une expérience sensorielle non sans rappeler le court-métrage primé au Festival de Gerardmer 2017, Limbo de Konstantina Kotzamani. Ne comptez pas sur le réalisateur pour vous donner des explications au sujet de l’histoire du film, il laisse le spectateur se faire sa propre idée. C’est un film subversif. Si on regarde le film sans y réfléchir après l’avoir vu, c’est que l’on est passé à côté du film.

Le film rend un bel hommage aux œuvres de H.P Lovecraft et d’Edgar Poe. Le personnage Radha est emblématique et apporte une dimension surnaturelle, fantastique au film. Le personnage ouvre de nouvelles portes à des personnes en détresse ou souffrante. La fin du film laisse le spectateur deviner où se trouve Saoirse et bien évidemment, chaque spectateur aura sa propre perception. Je ne vais pas en dire plus, afin de ne pas dévoiler le charme de ce rebondissement final …

 

Note : 7/10. Radha est un court-métrage expérimental, gothique à la sauce Edgar Poe et ancré dans le fantastique. Il est mystique et s’appuie sur une mythologie ancienne, celle de Cthulhu de H.P. Lovecraft. Radha par définition symbolise la spiritualité et la divinité. Au sens étymologique, c’est une métaphore de l’âme. Radha est donc un film avec un sujet fort intéressant, certes sombre, mais ouvrant des portes dans de nouvelles dimensions. Vivement que le long-métrage soit en chantier, afin de découvrir d’autres parties du scénario très lovecraftien !

 

Quelques mots de réalisateur Nicolas Courdouan :

" Ce projet est un hybride de plusieurs idées : une envie de parler de la mémoire et des souvenirs, qui façonnent en partie notre identité au quotidien (une grande part de ce que nous sommes est définie par ce que nous nous rappelons avoir été ou fait dans le passé) et qui sont pourtant souvent victimes des limites de notre perception (souvenirs refoulés, déformés par le temps ou notre personnalité...). Que se passe-t-il pour quelqu'un qui vit avec le souvenir d'avoir causé la mort d'un être cher ? Comment son identité est-elle altérée, voire malmenée par ce souvenir, qu'il soit exact ou pas ? "

Références cinématographiques :

Lynch et Cronenberg pour l'ensemble de leur filmographie.

Blade Runner, Mirror, 2001: L'odyssée de l'espace, 3 Women ou encore Pique-nique à Hanging Rock.

 

Remerciement : Nicolas Courdouan pour le lien privé du film.

Olivier H.

Saoirse

Saoirse

Radha

Radha

Critique du court-métrage RADHA de Nicolas Courdouan (Irlande)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents