Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


BIFFF 2017 : critique du long-métrage THE UNKINDNESS OF RAVENS de Lawrie Brewster (Royaume-Uni / Etats-UNis / Emirats Arabes)

Publié par lecinemadolivierh sur 12 Avril 2017, 09:13am

Catégories : #Critique Film, #Festival, #Brussels International Fantastic Film Festival 2017, #BIFFF 2017, #The Unkindness of Ravens, #Lawrie Brewster, #Michael Brewster, #7ème Orbit, #Lord of Terars

BIFFF 2017 : critique du long-métrage THE UNKINDNESS OF RAVENS de Lawrie Brewster (Royaume-Uni / Etats-Unis / Emirats Arabes) :

En compétition 7ème Orbit / En présence du réalisateur Lawrie Brewster, de la scénariste Sarah Daly (scénariste de Lord of Tears) et de l’acteur Michael Brewster.

Année : 2016

Genre : drame expérimental

Durée : 85 minutes

 

Synopsis : Andrew (Michael Brewster) consulte une psy suite à ses problèmes avec les corbeaux. Il devient totalement hystérique dès qu’il y en a un dans les parages. Encore un traumatisé Des Oiseaux d’Alfred Hitchcock

 

Par le réalisateur de Lord of Tears, présenté au Brussels International Fantastic Film Festival.

The Unkindness of Ravens est auto produit par Lawrie Brewster, et produit par Scott J. Anderson, Zeke Hanson et Eileen Reeder.

Note IMDB : 7,2/10 sur 36 votes. Une bonne note, mais peu de votant.

 

Avis : The Unkindness of Ravens est un mélange paranoïaque Hitchcockien et Barkerien. Le personnage principal, Andrew ayant plus d’une araignée qui lui trotte dans le ciboulot ! Le film a quasiment un seul personnage, Andrew interprété par Michael Brewster (Le frangin du réal ?), dont c’est son premier rôle. Oui, c’est casse gueule et ça l’est au final à moitié. Il est difficile de faire porter un film sur les épaules d’un jeune acteur manquant d’expérience. Et perso, les films avec un seul personnage me gonflent … Je préfère encore regarder un monologue de politicien ! Bref, revenons au film, il manque affreusement de rythme et les quatre-vingt-cinq minutes sont longues, très longues avec une fin qui n’en finit jamais. La première heure du film fait référence aux Oiseaux D’Hitchcock et à son image, cette première heure est lente manquant affreusement de rythme. Puis arrive la fin, tout à une fin hein ?, une fin qui en met plein la vue avec comme référence Hellraiser de Clive Barker. Dommage, il est trop tard, on a déjà fermé les deux yeux à points fermés !

« Vivement le 2 » comme l’a dit un spectateur dans la salle avec un ton ironique. La photographie de Michael Brewster (en plus d’être l’acteur aux épaules trop large, il endosse également le rôle de co-directeur de photo !) et de Gavin Robertson est graveleuse sans finition apparemment (Absence d'étalonnage ?) rendant la photo du film in-dé-si-ra-ble. Okay, le film est auto produit et le budget doit être quasiment ridicule, mais on a vu mieux tout de même !

Ah oui, sinon, l’ambiance dans la salle était au top ! Une salle surexcitée, un peu trop même par moment. Il ne faudrait pas dépasser la ligne jaune tout de même ! Respect au film.

 

Note : 3/10. The Unkindness of Ravens a bien sa place au Brussels International Fantastic Film Festival, où les prix sont des corbeaux (Corbeau d’or, corbeau d’argent …). Mais le film reste trop moyen, approximatif et expérimental. Surtout que ce n’est pas le premier coup d’essai du réalisateur Lawrie Brewster. Le film est un voyage interminable dans les limbes d’Andrew. Dans le même genre, je préfère L’Echelle de Jacob d’Adrian Lyne. The Unkindness of Ravens est une déception …

Olivier H.

BIFFF 2017 : critique du long-métrage THE UNKINDNESS OF RAVENS de Lawrie Brewster (Royaume-Uni / Etats-UNis / Emirats Arabes)
La gueule du spectateur en sortant de la salle !

La gueule du spectateur en sortant de la salle !

Un corbeau humain en plein dans les limbes ...

Un corbeau humain en plein dans les limbes ...

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents