Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


Critique et lien vidéo du court-métrage LAPSUS de Karim Ouaret (France)

Publié par lecinemadolivierh sur 10 Mars 2017, 19:32pm

Catégories : #critique court, #Lapsus, #Karim Ouaret, #Julien Seri, #Arben Bajraktaraj, #sophie meister, #james gerard, #loïc ouaret, #fabrice scott, #Come on productions, #daïgoro films, #spoa films

Critique et lien vidéo du court-métrage LAPSUS de Karim Ouaret (France) :

Année : 2013

Durée : 28 minutes

Genre : polar/drame

 

Synopsis : Terry (Arben Bajraktaraj) est un détraqué psychologique dont le terrain de jeu est une laverie automatique. Il se prend pour le héros d’une bande dessinée de gangsters qu’il est en train de lire : « Terry Lawrence, Gentleman Gangster ». C’est alors que sa mémoire lui joue des tours. En effet, Terry est exposé à des phénomènes peu connus, que la littérature considère comme des Lapsus de mémoire.

 

Lapsus est le premier court-métrage du réalisateur français Karim Ouaret, qui a à son actif, plus de cent réalisations de clip vidéo.

Karim Ouaret et Julien Diris ont écrit le scenario.

Lapsus est auto produit par Karim Ouaret et sa femme Jalane Ouaret avec leur société de production créée spécialement pour l’occasion : Come On Productions

Sociétés de co-production : Daïgoro Films (Julien Nightfare Seri) et Spoa Films (Orel Simon).

 

Lapsus en festivals :

Lapsus a été sélectionné dans cent seize festivals !

Lapsus a remporté pas moins de quatre-vingt-quatre prix, dont le prix du meilleur thriller au Hollyshorts Film Festival 2013 (Etats-Unis), le prix de la meilleure réalisation au Sacramento Horror Film Festival 2015 (Etats-Unis) ainsi qu’un prix pour l’interprétation de Sophie Meister au Filmquest Festival 2014 (Etats-Unis).

Lapsus est le court-métrage français qui a remporté le plus de prix à ce jour, dont seulement deux en France !

Note IMDB : 7/10 sur 18 votes. Une assez bonne note.

Avis : Lapsus est un court-métrage qui se déroule en huis clos dans une laverie automatique. Le film vous retourne la tête à l’image de la première séquence du film qui est originale et qui donne le ton sur la qualité de la mise en scène du film. Lapsus peut être vu comme un film en trois segments. Un premier segment débutant sous le signe du charme avec une Sophie Meister sexy en femme fatale. Tous les protagonistes cherchent à se mettre à nu dans le film. Ce segment peut faire penser à certains films du réalisateur Paul Verhoeven. Puis le film bascule dans un deuxième segment qui est celui d’un polar sombre, faisant penser au premier film Reservoir Dogs du réalisateur américain Quentin Tarantino. A ce moment, le film est sous haute tension, mettant les nerfs à vifs des spectateurs. La situation peut basculer à tout moment dans le drame et le réalisateur Karim Ouaret ne va pas s’en priver. La meilleure scène du film étant pour moi une scène de ce segment, où Terry sauve la vie d’une machine à laver au bord d’une implosion. L’acteur Arben Bajraktaraj (Harry Potter, Taken, Edenlog ou encore le court-métrage On/Off de Thierry Lorenzi qui a été élu meilleur court-métrage 2015 du blog) est magistral avec une aura faisant penser à Christoph Waltz. Enfin, le troisième segment du film bascule dans les abîmes de l’âme humaine où le cerveau y est décortiqué à la sauce William Friedkin.

 

Revenons à la mise en scène qui est superbe et maîtrisée du début à la fin. Il y a de jolies trouvailles au niveau des cadres de la caméra. La photographie léchée et nuancée de vert, de Matias Boucard est également superbe. Elle contribue à une atmosphère anxiogène et suffocante, où le spectateur n’a qu’un souhait : sortir de cette laverie automatique dans laquelle il a été embarqué malgré lui (ou bien est-il prit d’un lapsus de la mémoire ?). Le montage nerveux est à l’image du film. Les vingt-huit minutes de Lapsus passent à une vitesse folle en mode essorage à 1 700 tours/minutes ! Il n’y a pas de temps mort entre le suspense et les nerfs prêt à foutre le camp ailleurs. La réalisation de clip vidéo aidant certainement à maîtriser le rythme d’un film.  En parlant de clip vidéo, la musique de Loïc Ouaret que l’on entend un peu plus dans le troisième segment du film, accompagne très bien les scènes du film. Les acteurs sont impeccables. Sophie Meister ne se repose pas sur son beau physique (canon !) mais arrive à faire passer des sentiments aux travers des expressions de son visage. James Gerard (Jackson) et Fabrice Scott (Lewis) sont également très bons. Mon coup de cœur allant à Arben Bajraktaraj qui est impressionnant du début à la fin. Il porte le film sur ses épaules.

 

Note : 10/10. Lapsus est un court-métrage parfait, avec une maîtrise totale de la mise en scène et de la direction des acteurs. La photographie et la musique sont également magnifiques. Seul défaut du film ? Sa durée qui passe trop vite à mon goût ! Le réalisateur très prometteur qu’est Karim Ouaret a trois projets de longs métrages dans ses bagages en attente de financements … et il n’y a pas de lapsus ce coup-ci ! Y-a-t-il des producteurs éveillés sur cette Terre ? Il y a du lourd par ici !

Olivier H.

Critique et lien vidéo du court-métrage LAPSUS de Karim Ouaret (France)
Critique et lien vidéo du court-métrage LAPSUS de Karim Ouaret (France)
Critique et lien vidéo du court-métrage LAPSUS de Karim Ouaret (France)
Critique et lien vidéo du court-métrage LAPSUS de Karim Ouaret (France)
Critique et lien vidéo du court-métrage LAPSUS de Karim Ouaret (France)
Critique et lien vidéo du court-métrage LAPSUS de Karim Ouaret (France)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents