Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


Critique de LA LA Land de Damien Chazelle (Etats-Unis)

Publié par lecinemadolivierh sur 3 Mars 2017, 20:34pm

Catégories : #Critique Film, #oscars, #bafta, #golden globes, #Damien Chazelle, #LA LA Land, #Ryan Gosling, #Emma Stone, #Comédie musicale

Critique de LA LA Land de Damien Chazelle (Etats-Unis) :

Date de sortie en salle France : 25 janvier 2017

Durée : 128 minutes

Genre : comédie musicale

 

Synopsis : Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia (Emma Stone) sert des cafés entre deux auditions. De son côté, Sebastian (Ryan Gosling), passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance. Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent… Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ?

 

Par le réalisateur du film culte Whiplash, multi récompensé (Sundance, Deauville, Golden Globes, Bafta…), LA LA Land est le second long-métrage de Damien Chazelle.

Deux longs-métrages à son actif, toutes deux issues de productions indépendantes de très bonnes qualités.

Le réalisateur Damien Chazelle planche déjà sur un troisième long-métrage, First Man, un film sur l’astronaute Neil Amstrong.

 

LA LA Land est produit par Fred Berger (The Autopsy of Jane Doe), Gary Gilbert, Jordan Horowitz et Marc Platt.

Les sociétés de production sont Black Label Media, Gilbert Films, Impostor Pictures, Marc Platt Productions et Summit Entertainment.

Budget estimé à 30 millions de dollars et le film a déjà rapporté pas moins de 369 millions de dollars en date du 1er mars 2017 !

Le distributeur France est SND Films.

Note IMDB : 8,5/10 sur 171 143 votes. Une excellente note !

 

Anecdote : l’acteur Ryan Gosling et l’actrice Emma Stone ont déjà joué ensemble dans deux films : Gangster Squad de Ruben Fleischer et Crazy Stupid de Glenn Ficarra et John Requa.

 

LA LA Land en festivals :

Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine pour Emma Stone à la Mostra de Venise 2016, prix du public au Festival International du Film de Toronto 2016, 7 Golden Globes 2017 (Celui de la meilleure comédie ou comédie musicale, meilleur acteur dans une comédie ou comédie musicale pour Ryan Gosling, meilleure actrice dans une comédie ou une comédie musicale pour Emma Stone, meilleur réalisateur pour Damien Chazelle, meilleur scénario, meilleur chanson et meilleure musique), 5 Bafta 2017 (Meilleur actrice, meilleure musique, meilleure photographie, meilleur réalisateur et meilleur film) et 6 Oscars 2017 (Meilleur réalisateur, meilleure actrice, meilleure photographie, meilleurs décors, meilleure chanson et meilleure musique). Un vrai déluge de prix, sans parler l’Oscar du meilleur film qui lui a été retiré sous le nez (Un vrai drame à la Cérémonie des Oscars où les intervenants parlaient que de leur Président Trump au lieu de parler des films).

 

Avis : qu’est-ce que le jeune réalisateur Damien Chazelle pouvait-il réaliser de mieux que le multi-récompensé et mérité Whiplash ? Le succès de son tout premier long-métrage a mis la barre assez haute. Damien Chazelle a eu la bonne idée de rester dans le registre qu’il connaît bien : le jazz que l’on retrouve dans les deux films. Après un premier film tyrannique, il enchaîne sur une comédie musicale alors que les grands studios américains ne sortent que des films avec des supers-héros depuis plusieurs années. Le choix de sortir une comédie musicale en ces temps était vraiment casse-gueule. Il fallait mettre le paquet dès que le début du film ce que fait Damien Chazelle en nous en mettant plein la vue avec des couleurs éblouissantes et des gens chantant non pas sous la pluie, mais dans un embouteillage à la périphérie de Los Angeles. Les mouvements de la caméra en plan séquence (filmé en une seule prise) sont magnifiques, pour ne pas dire magistraux. La caméra est en perpétuelle mouvement, suivant différents personnages entre les voitures. Cette première séquence est un chef d’œuvre, même si la chanson laisse à désirer. C’est là que le spectateur entre dans le rêve, dans l’imaginaire, un peu comme Alice qui passe de l’autre côté (Vous avez déjà vu des personnes dans un embouteillage se mettre à danser ?). L’histoire se déroule à Los Angeles, ville de tous les rêves. Et cela tombe bien, car les deux personnages principaux Mia et Sebastian ont chacun un rêve à accomplir. La première souhaite devenir actrice, alors que le second souhaite ouvrir un bar puriste de jazz. Les deux acteurs sont bons. Ryan Gosling peu parlant rappelle son personnage dans Drive de Nicolas Winding Refn (Sauf qu’il ne pète pas les plombs dans LA LA Land), tandis qu’Emma Stone (Birdman, The Amazing Spider-Man) crève l’écran avec ses grands yeux tout émerveillés. Cette actrice est hallucinante et pique en même temps la vedette à Ryan Gosling. Elle mérite les prix reçus pour son interprétation. Coté acteur toujours, comme il est agréable de retrouver l’acteur J.K. Simmons (Le professeur tyrannique dans Whiplash) dans le rôle d’un propriétaire de bar avec ses mots mythiques : « Vous êtes viré ! ». Le charisme à la fois doux et froid de J.K. Simmons, donne toute une dimension au personnage. Le directeur de la photographie Linus Sandgren a fait un boulot splendide. Chaque plan est travaillé avec une couleur spécifique (Pour la scène du mariage, on retrouve un bleu pastel aussi bien dans les habits des mariés, que dans les nappes des tables ou encore des bouteilles). Le film est coloré comme une animation des studios Disney. Cela apporte de la joie et de la gaieté. Dommage, que côté musique (Justin Hurwitz), c’est un peu léger pour une comédie musicale qui n’en est pas vraiment une, si on prend en considération qu’il y a plus de dialogues que de chansons. Même si City of Stars, la chanson principale que l’on entend pendant tout le long du film est agréable. On finit vite par l’oublier. Le film fait références à de nombreux films de comédie musicale de l’âge d’or d’Hollywood comme West Side Story, mais sans être une vraie comédie musicale. Comme si le réalisateur avait hésité à faire un vrai film musical tout en chanson. Au final, si on est allé voir LA LA Land pour le côté comédie musicale, le film peu décevoir.

 

Note : 7,5/10. LA LA Land est moins bien réussit que le précédent film du réalisateur, Whiplash. La durée du film (plus de deux heures) n’aidant pas. LA LA Land est long et lent sur sa seconde moitié, et la naïveté des personnages prend le dessus sur l’histoire. Comme si le réalisateur s’était perdu en chemin, embourbé dans un champ à vouloir trop en faire. Il n’empêche pas que Damien Chazelle mérite son Oscar du meilleur réalisateur (et en même temps il empoche l’Oscar du plus jeune réalisateur de l’histoire). Le film est superbe techniquement et maîtrisé. Dommage qu’il manque un petit quelque chose qui l’aurait fait plus grand. Il fait toujours bon rêver ...

Olivier H.

Critique de LA LA Land de Damien Chazelle (Etats-Unis)
Critique de LA LA Land de Damien Chazelle (Etats-Unis)
Critique de LA LA Land de Damien Chazelle (Etats-Unis)
Critique de LA LA Land de Damien Chazelle (Etats-Unis)
Critique de LA LA Land de Damien Chazelle (Etats-Unis)
Critique de LA LA Land de Damien Chazelle (Etats-Unis)
Critique de LA LA Land de Damien Chazelle (Etats-Unis)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents