Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


PIFFF 2016 : critique de GRAVE (RAW) de Julia Ducournau (France / Belgique)

Publié par lecinemadolivierh sur 18 Décembre 2016, 16:49pm

Catégories : #Pifff, #Grave, #Raw, #Julia Ducournau, #Garance Marillier, #Festival, #Critique Film

PIFFF 2016 : critique de GRAVE (Raw) de Julia Ducournau (France / Belgique)

Compétition officielle – en présence de l’actrice Garance Marillier

Date de sortie en salle en France : 15 mars 2017

Genre : drame/horreur

Durée : 98 minutes

 

Synopsis : Première année d’école vétérinaire pour Justine (Garance Marillier), une étudiante végétarienne qui va subir un bizutage violent et développer un appétit aussi soudain que vorace pour la viande fraiche … et humaine.

 

Grave est le premier long métrage de la réalisatrice Julia Ducournau qui a réalisé deux courts métrages, Junior et Mange.

Grave est produit par Jean des Forêts, Julie Gayet, Jean-Yves Roubin, Nadia Turincev et Cassandre Warnauts.

Sociétés de production : Petit Film, Rouge International, Frakas Productions, Wild Bunch, Canal+, Ciné+.

Le budget est estimé à 3,5 millions d’euros.

Le film est distribué en France par Wild Bunch.

Note IMDB : 7,4/597 votes. Une assez bonne note.

 

Grave en festivals (liste non exhaustive):

Récompenses : prix Next Wave Features ainsi que troisième place du choix du public au Austin Fantastic Fest 2016 (Etats-Unis), prix FIPRESCI décerné à Julia Ducournau au Festival de Cannes 2016 (France) où il a fait son buzz, meilleur long métrage et prix du jeune réalisateur pour Julia Ducournau ainsi que Méliès d’Argent au Festival de Sitges 2016 (Espagne), Méliès d’Or au Festival de Lund 2016 (Suède), troisième place du choix du public au festival de Toronto 2016 (Canada), prix Octopus d’or et prix du public au FEFFS 2016 (France), seconde place du choix du public au festival Abertoir 2016 (Royaume-Uni).

Il a également été présenté à L’Etrange Festival 2016 (France).

 

Petite anecdote : comme l’a bien indiqué l’actrice Garance Marillier avant la projection au PIFFF, il ne faut pas avoir l’estomac bien rempli pour la séance. Lors de précédents festivals, des spectateurs ayant réagi assez mal se sont retrouvés aux toilettes pour une livraison d’une pizza toute chaude !

 

Avis : Grave (ou Raw) raconte l’histoire de deux sœurs étudiantes dans une université vétérinaire. La cadette Justine interprétée magnifiquement par la jeune actrice Garance Marillier est la première de la classe, végétarienne, sans petit ami et encore vierge. Sa vie va se métamorphoser lorsqu’elle va ingurgiter un rein de lapin lors du bizutage des étudiants de première année qui va déclencher une soif assouvie de viandes et de chairs. Une soif de nourriture et d’appétit sexuel qui s’éveillent en même temps. Un vrai bordel ! J’ai envie de baiser avec toi et j’ai faim de ton corps ! Ce corps tant désiré pour sa chair du point de vue sexuel, mais aussi alimentaire. Le final, certes discutable, termine sur une note humoristique. Grave nous interroge sur l’amour du corps, de ses limites, de son ambiguïté. C’est un film organique, comme le dit si bien la réalisatrice Julia Ducournau. Les corps s’expriment à leurs façons. Le film mélange les genres de la dramaturgie à l’horreur où il est également question du passage de l’adolescence à l’âge adulte. Du passage de la dépendance à l’indépendance dévoilant la vraie personnalité. De la découverte du corps. L’âge adulte nous transforme-t-il en une sorte de cannibale envers autrui ? Le film critique une certaine société qui pousse à consommer toujours plus mélangé à une sorte d’individualisme. Le film interroge sur plusieurs aspects sans vraiment en donner des réponses directes.

Côté distribution des rôles, Garance Marillier porte assez bien le film sur ses épaules. Elle est belle, fragile et empathique.  Ella Rumpf qui interprète Alexia, la sœur ainée de Justine qui contraste assez nettement avec elle. Alexia est plutôt punk, gothique et rebelle. C’est elle qui va être à l’origine de la métamorphose de Justine. Dans les personnages secondaires, on retrouve un Laurent Lucas (Harry un Ami qui vous veut du Bien, Calvaire, Alleluia, Qui a Tué Bambi ?) au top qui interprète à merveille comme à son habitude le père de Justine. Il y a une belle apparition de Bouli Lanners (9 Mois Ferme, De Rouille et d’os, Rien à Déclarer) en routier. La photographie de Ruben Impens est belle, accompagnée de la superbe musique de Jim Williams. De par son atmosphère ainsi que de la présence de Laurent Lucas, Grave fait penser au cinéma du belge Fabrice de Welz (Calvaire, Alleluia). Un cinéma indépendant, traumatisant et percutant.

 

Ma note : 7,5/10. Toutes les récompenses que Grave a reçu jusqu’à maintenant sont méritées. Pour un premier film, il est superbement bien réalisé par Julia Ducournau, même s’il a quelques défauts, dont une certaine longueur du à un manque de rythme. Grave est un film viscéral, choquant, c’est un choc visuel et le jury Ciné+ Frisson ainsi que le public du Paris International Fantastic Film ne s’est pas trompé en le nommant meilleur long métrage de cette septième édition ! Un film à voir pour se mettre en appétit !

Remerciements : Nathalie Iund et Blanche-Aurore Duault.

Olivier H.

PIFFF 2016 : critique de GRAVE (RAW) de Julia Ducournau (France / Belgique)
PIFFF 2016 : critique de GRAVE (RAW) de Julia Ducournau (France / Belgique)
PIFFF 2016 : critique de GRAVE (RAW) de Julia Ducournau (France / Belgique)
PIFFF 2016 : critique de GRAVE (RAW) de Julia Ducournau (France / Belgique)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents