Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


L'ETRANGE FESTIVAL 2016 : critique de JEEG ROBOT de Gabriele Mainetti (Italie)

Publié par lecinemadolivierh sur 16 Septembre 2016, 20:14pm

Catégories : #Critique Film, #Festival, #Jeeg Robot, #L'ETrange Festival, #Gabriele Mainetti

Critique de JEEG ROBOT (Lo chiamavano Jeeg Robot) de Gabriele Mainetti (Italie) :

Vu à L’Etrange Festival 2016 en compétition internationale

Année : 2015

Genre : fantastique

Synopsis : Poursuivi par la police dans les rues de Rome, Enzo (Claudio Casino Royale Santamaria) plonge dans les eaux du Tibre et entre en contact avec une substance radioactive qui le contamine. Il réalise bientôt qu’il possède des pouvoirs surnaturels : une force et une capacité de régénération surhumaines qu’il décide de mettre au service de ses activités criminelles. Du moins jusqu’à ce qu’il rencontre Alessia (Ilenia Pastorelli), une jeune fille fragile et perturbée qu’il sauve des griffes de Fabio (Luca Marinelli), dit « le Gitan » un mafieux psychopathe ultra violent qui travaille avec la Camorra ...

Jeeg Robot est le premier long-métrage du réalisateur italien Gabriele Mainetti, auteur du court-métrage Tiger Boy nommé aux Oscars.

Jeeg Robot est auto produit par Gabriele Mainetti, Giuseppe Giglietti et Jacopo Saraceni.

La société de production est Goon Films en collaboration avec Rai Cinema.

Le budget du film est de 1,7 millions de dollars. Ce qui n’est pas beaucoup.

Le film sera distribué en salle en France le 1er trimestre 2017 par Nour Films.

En Festivals :

Jeeg Robot a remporté pas moins de 7 prix au David di Donatello, celui du meilleur réalisateur débutant pour Gabriele Mainetti, du meilleur producteur toujours pour Gabriele Mainetti, meilleur acteur pour Claudio Santamaria, meilleure actrice pour Ilenia Pastorelli, meilleur acteur dans un second rôle pour Luca Marinelli, meilleure actrice dans un second rôle pour Antonia Truppo et meilleur monteur pour Andrea Maguolo. Il a également reçu le Silver Scream Award au festival du film fantastique d’Amsterdam.

Jeeg Robot a été présenté en compétition au festival de Neuchatel 2016 (Suisse), ainsi qu’à L’Etrange Festival 2016 (France).

Note IMDB : 7,7/10 sur 2 981 votes. Une bonne note.

Mon avis : Jeeg Robot est la rencontre d’un film sur la mafia napolitaine avec un film de super-héros. Camorra versus Marvel ? Un mélange de genre donc. Pourquoi pas et en plus, c’est du jamais vu. La mise en scène de Gabriele Mainetti est maitrisée, surtout pour un premier film. Les acteurs sont assez bons. Ma préférence allant vers la belle Ilenia Pastorelli qui interprète magnifiquement Alessia, une jeune femme traumatisée suite à des abus sexuels, qui regarde en boucle le manga Jeeg Robot. Elle va se créé une échappatoire dans un monde imaginaire (à l’instar d’une certaine Alice). C’est un rôle complètement décalé et surréaliste ! Le meilleur rôle du film. Bravo pour cette belle performance. (Et jolie poitrine, en passant !). Mais voilà, le film a ses petits défauts. Jeeg Robot souffre d’un manque de rythme et sa durée de 118 minutes n’aidant pas. La dernière demi-heure relève un peu la situation, mais il reste trop de scènes qui n’apportent pas grand-chose au suspens du film (Le fait qu’Enzo soit un gros mangeur de yaourt devant des films pornos, à quoi ça sert hein ?) que j’aurai personnellement coupé au montage en post-production (Job apparemment du producteur ! Mais ici, le producteur étant le réalisateur …). Le spectateur ne sait pas trop s’il doit avoir de l’empathie, de la sympathie pour Enzo. Il est montré au début du film comme un voyou qui va devenir ensuite un repenti suite à sa rencontre avec Alessia. Un peu comme La Belle et la Bête. Jeeg Robot fait obligatoirement penser aux films Marvel, à Hancock de Peter Berg avec Will Smith ou encore Incassable de Night Shyamalan. Pour le côté marteau des yaourts, je penche sur Leon de Luc Besson qui remplissait son frigo de brique de lait. Est-ce là, un clin d’œil du réalisateur à ce film ? La presse internationale, et un certain Rurik Sallé s’empressent de dire que le film est un renouveau du cinéma italien souffrant ces derniers temps. Je n’irai pas jusque-là, ou alors, le cinéma italien ne produit plus rien. Par contre, pour un premier long-métrage, le film est bien réalisé et mérite de faire le tour des festivals à la rencontre d’un public du genre, comme par exemple au festival de Gerardmer, juste avant sa sortie en salle en France ?

Ma note : 7/10. Jeeg Robot, malgré ses temps mous, reste un bon divertissement avec certaines scènes marrantes, un peu de romantisme et de quelques scènes assez gores. Un mélange de genres présenté à L’Etrange Festival qui expertise dans ce domaine. Jeeg Robot a donc bien sa place dans ce festival qui le récompensera peut-être d’un prix, pourquoi pas ? Verdict dimanche … !

Olivier H.

L'ETRANGE FESTIVAL 2016 : critique de JEEG ROBOT de Gabriele Mainetti (Italie)
L'ETRANGE FESTIVAL 2016 : critique de JEEG ROBOT de Gabriele Mainetti (Italie)
L'ETRANGE FESTIVAL 2016 : critique de JEEG ROBOT de Gabriele Mainetti (Italie)
L'ETRANGE FESTIVAL 2016 : critique de JEEG ROBOT de Gabriele Mainetti (Italie)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents