Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


Critique et lien vidéo du court-métrage SEUL A SEUL de Bertrand Chanal et Nicolas Hugon (France)

Publié par lecinemadolivierh sur 5 Septembre 2016, 18:43pm

Catégories : #critique court, #Seul à Seul, #Nicolas Hugon, #Bertrand Chanal, #La Casquette Production

Critique et lien du court-métrage SEUL A SEUL de Bertrand Chanal et Nicolas Hugon (France) : Année : 2012

Durée : 23 minutes

Genre : road movie

Synopsis : Au volant de sa rutilante décapotable, Gabriel (Nicolas Couchet) percute un vagabond. Il est contraint de le prendre en stop. Au hasard de rencontres hautes en couleur, parfois teintées de surréalisme, Gabriel devra aider un industriel saoudien à récupérer sa raffinerie. Dans les paysages arides du désert de Tabernas, au sud de l’Espagne, et sur un fond de musique psychédélique, Gabriel quitte peu à peu la ville pour s’enfoncer dans un désert avec lequel il sera à jamais en décalage.

« Quand ils te renversent, les gens s’sentent vachement redevables, tío. ».

Seul à Seul est produit par Mathieu Lesueur. Le projet a bénéficié d’un financement participatif sur le site Ulule à la hauteur de 4586€. Le film a également été soutenu par l'Union Européenne (Programme Européen Jeunesse en Action) qui a versé 12 000 euros pour la réalisation du film qui s’est faite sur deux années.

Les sociétés de production sont La Casquette Productions, Le Grenier du Shanak et Filmephilos.

Petite anecdote : Alban Ravassard, réalisateur du court-métrage L’Appel (distribué par OriGine Films) a endossé le rôle du 1er assistant réalisateur.

En Festivals :

Seul à Seul a été présenté au Festival du court métrage de Clermont-Ferrand.

Mon avis : Seul A Seul est un court-métrage avec de magnifiques images du désert andalou, signées par le Directeur de Photographie Boubkar Benzabat. C’est un vrai dépaysement et un joli voyage sous un soleil de plomb, on imagine … Le film n’est pas sans rappeler le film U-Turn d’Oliver Stone. Ces belles images sont très bien accompagnées par la musique de Thomas Nicol, déjà compositeur de la musique du court-métrage BZ03 de Bertrand Chanal. On accroche à cette jolie musique dès les premières notes au début du film, en passant par celle plus psychédélique lors du voyage de Pandore ou encore celle où l’Américain fait son apparition, très bien accompagnée !

Ajoutez à cela un scénario déjanté de Nicolas Sommet, Bertrand Chanal et Nicolas Hugon, d'après une idée originale de Nicolas B. (Scénario s'intitulant "road tripes") qui tient la route (désolé pour ces petits jeux de mots, c’est plus fort que moi). Un scénario dont le fil conducteur (encore désolé) de cette histoire est Gabriel au volant de sa voiture, à la recherche d’un peu de solitude dans le désert andalou. Solitude qu’il n’arrivera pas à avoir avec la rencontre de plusieurs personnages sur sa route. A commencer par celui d’un vagabond illuminé, anarchiste et catholique, magnifiquement interprété par Julien Ouguerguouz. J’adore ! Un vagabond qui pisse un peu partout, tel un chien qui marque son territoire. Un être illuminé à la limite sauvage prêt à se jeter sur une voiture pour faire de l’auto-stop (Au moins, la voiture s’arrête !). Il me fait penser à l’acteur Eli Wallac, la brute Tuco dans le film Le Bon, La Brute et Le Truand de Sergio Leone. Ensuite, Gabriel va rencontrer un Saoudien interprété par Mehdi Rami qui se promène toujours avec sa flasque d’abondance remplit de pétrole. C’est le personnage comique de l’histoire, alors que le vagabond était le personnage diabolique. Les scènes dans l’entrepôt sont à se pisser dessus, enfin, presque. La troisième rencontre est une bimbo (Chloé Dumas), autre terme politiquement correct de « bandante », accompagnant un Américain injurieux (Guillaume Clément) plaçant le mot « fuck » dans toutes ses phrases. Nicolas Couchet qui interprète Gabriel (L'Ange ?) est également bon et juste dans son interprétation. Un blondinet charismatique qui plaira à la gente féminine. N’oublions pas Benoit Thiébaut dans le rôle de Carlos et Marc Segala dans le rôle d’Arde, deux personnages décalés que l’on retrouve aux côtés du saoudien dans l’entrepôt.

Des interprétations hautes en couleurs de ces personnages déjantés, surréalistes au milieu du désert. On se demande si Gabriel n’est pas en train de rêver ou s’il est victime d’hallucinations. Hallucinations commençant par ces mariachis en plein milieu du désert. De l’invraisemblable ! Peut-être là, un clin d’œil au film El Mariachi de Roberto Rodriguez ? On s’attend presque à voir un mariachi dégainer … On peut également y voir dans cette fresque diabolique et insensée, du Faust de Goethe dans cette aventure. Et si derrière tous ces personnages se cachaient le diable ?

Ma note : 8,5/10. Seul à Seul est un très beau road movie (histoire se déroulant sur une route) original, déjanté, psychédélique, hilarant avec une touche sexy. C’est un film qui mélange les genres avec un zeste de fantastique, pour ne pas dire de folie. Tous les ingrédients sont présents pour passer un bon moment en cuisine, heu dans le salon. Sur papier, le scénario était un pari fou qui est réussi à l’écran. Seul défaut: les 22 minutes passent trop vite à l’écran ! Un pur régal ! Le réalisateur Nicolas Hugon n'a pas fini de nous surprendre avec son nouveau projet en cours de financement, Atomic Ed.

Olivier H.

Critique et lien vidéo du court-métrage SEUL A SEUL de Bertrand Chanal et Nicolas Hugon (France)
Le saoudien

Le saoudien

L'américain

L'américain

Gabriel

Gabriel

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents