Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


Critique et lien vidéo du court-métrage JIMINY d'Arthur Môlard (France)

Publié par lecinemadolivierh sur 24 Mai 2016, 19:12pm

Catégories : #critique court, #JIMINY, #Arthur Môlard, #3iS, #Denis Lavant, #science fiction

Critique et lien du court métrage JIMINY d’Arthur Môlard (France) :

Date de sortie : 19 novembre 2013 en avant-première mondiale au Paris International Fantastic Film Festival 2013

Durée : 20 minutes

Genre : science-fiction psychologique

Synopsis : Dans un futur proche, la plupart des êtres humains se sont fait implanter une puce électronique dans le cerveau. Cette puce, qu’on appelle un « criquet », leur donne des conseils sur les meilleures décisions à prendre et leur permet de passer en « mode automatique » quand ils le souhaitent : elle prend alors le contrôle de leur corps et les dote de compétences physiques préprogrammées. Nathanaël (Benjamin Brenière), un réparateur de criquets, se trouve confronté à un cas de conscience le jour où les parents d’un jeune autiste lui demandent de pirater le criquet de leur fils…

Jiminy est un projet de fin d’étude de l’Institut International Image et Son (3iS) réalisé par le jeune réalisateur Arthur Môlard. Un projet fantastique posant une réflexion sur une société de plus en plus envahie par la technologie (GPS, Smartphone et autres).

Le film commence en montrant des images d’archives d’une expérience scientifique américaine réalisée en 2002, sur un rat dont les mouvements sont contrôlés à distance par l’intermédiaire d’une puce implantée dans le cerveau.

Jiminy est produit par Jérémy Rossi et Stéphane Pierrat.

La société de production est 3IS Production. Le budget du film est estimé à 5 000 euros comprenant le soutien des contributeurs Kisskissbankbank. Le matériel a été prêté par l’école 3iS. Tout cumulé, le budget est estimé à 15 000 euros.

Festivals :

En France : Prix du public, prix du Jury et prix Ciné+ Frisson au PIFFF 2013, prix du meilleur réalisateur à l’ECU 2014, prix du meilleur scénario et prix du public au Bloody Week-end 2014, prix du public au Mauvais Genre 2014 … et j’en passe ! Toute une panoplie de prix du public bien méritée !

A travers le monde : prix du meilleur court métrage international à Fantasia 2014 (Canada).

En tout Jiminy a une trentaine de sélection dans les Festivals (Clermont Ferrand, Même pas peur …).

Note IMDB : 7,9/10 sur 19 votes. Une très bonne note, même s’il y a très peu de votant.

Mon avis : Jiminy est un pur jus de science-fiction d’anticipation traitant de la place que prend les nouvelles technologies dans notre société. Et si cette technologie de plus en plus petite devenait invisible à nos yeux ? Comme cette puce représentée par un criquet dans le film. Un criquet dénommé Jiminy comme celui qui dicte la bonne conscience à Pinocchio dans le chef d’œuvre de Walt Disney. Ici, le criquet donne également conseil par l’intermédiaire d’une voix dans la tête (Magnifique voix interprétée par Raphaël Almosni), afin que la personne sache prendre la meilleure décision quel que soit la situation. (Tiens, ce serait peut-être pas con d’implantée une puce dans le cerveau de nos politiciens …). Le système semble être piloté grâce à une base de données. Ce que l’on appelle les Big Data ou Data Science, véritable tsunami d’algorithmes envahissant internet. Dans Jiminy, on voit des hommes qui ont un criquet (une puce) implanté dans le cerveau devenus semblables à des machines. Des êtres humains devenus proche de l’aliénation, ne sachant plus prendre de décision sans le conseil du criquet. Des coquilles vides, ou encore des pantins. Les interprétations des acteurs principaux Benjamin Brenière et Denis Lavant (dans le rôle du fou schizophrène, épatant) sont magnifiques. Saluons la très belle performance de l’acteur Denis Lavant, que je ne connaissais pas et qui donne envie de découvrir d’autres de ces interprétations, qui envoie le film à une altitude prodigieuse. Le jeune autiste est interprété par le jeune acteur Victor Boulenger. Les autres seconds rôles, comme par exemple les parents d’Oscar sont un peu en dessous. Mais quand on fait face à un Denis Lavant en forme, il ne reste plus beaucoup de place dans le cadre, tellement il le remplit. En parlant de cadre, la photographie de Tsiry Ralambotsirofo est magnifique. Il y a un joli travail d’étalonnage. Des images glaciales qui sont non sans rappeler des scènes du film Bienvenu à Gattaca d’Andrew Niccol. Le thème du film n’est pas loin du Big Brother dans 1984 d’Orwell qui contrôle tout. Ici, les hommes implantés devenant des marionnettes, tout comme Oscar, dont les parents veulent corriger à coup de criquet son anormalité. Autisme, schizophrénie, double, reflet du moi, le film SF balance également dans la psychologie. Ajoutez à cela l’eau omniprésente dans le film avec les scènes de la baignoire, le lave auto ou encore la scène avec la fontaine. Eau symbole de renaissance, de baptême … A y regarder de plus près, Jiminy est un excellent court métrage de fin d’étude bourré de références et qui se lit à plusieurs degrés. Un exercice réussi haut la main de la part des scénaristes Arthur Môlard et Teddy Jacquier !

Ma note : 8,5/10. Retenez le nom de ce jeune réalisateur prometteur qu’est Arthur Môlard. Avec son Jiminy, il nous a montré qu’il peut être à la hauteur d’un certain Andrew Niccol. Ce qui n’est pas donné à tout le monde. On a hâte de voir le prochain projet du réalisateur … (Peut-être Jiminy en version longue, toujours avec Denis Lavant ?)

Je remercie Arthur Môlard pour sa collaboration et participation à cet article.

Olivier H.

Critique et lien vidéo du court-métrage JIMINY d'Arthur Môlard (France)
Critique et lien vidéo du court-métrage JIMINY d'Arthur Môlard (France)
Critique et lien vidéo du court-métrage JIMINY d'Arthur Môlard (France)
Critique et lien vidéo du court-métrage JIMINY d'Arthur Môlard (France)
Critique et lien vidéo du court-métrage JIMINY d'Arthur Môlard (France)
Critique et lien vidéo du court-métrage JIMINY d'Arthur Môlard (France)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents