Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


Critique du court-métrage L'OEIL SILENCIEUX de Karim Ouelhaj (Belgique)

Publié par lecinemadolivierh sur 29 Avril 2016, 18:46pm

Catégories : #court metrage, #L'Oeil Silencieux, #Court Belge, #Karim Ouelhaj

Critique du court-métrage L’ŒIL SILENCIEUX de Karim Ouelhaj (Belgique) :

Date de sortie : 1er avril 2016 (et ce n'est pas un poison d'avril !) en avant-première mondiale au Brussels International Fantastic Film Festival 2016

Durée : 28 minutes

Genre : fantastique/horreur

Synopsis : Bernard (Wim Willaert) est un homme sans histoire qui emménage dans un nouvel appartement. Son installation tranquille est soudain perturbée par la découverte d’un trou dans son plancher. Il s’aperçoit rapidement qu’il peut espionner l’intimité de sa voisine (Judith Williquet). Il résiste dans un premier temps, avant de basculer dans l’obsession, perdant à la fois la raison et le fil de sa vie. Comme il peut être étrange de voir un réalisateur retourner au format court …

Après avoir réalisé pas moins de trois longs-métrages (Parabola, Le Repas du Singe & Une Réalité par Seconde), le réalisateur belge Karim Ouelhaj, réalise L’Oeil Silencieux d’une durée d’environ 28 minutes. Un format approprié à l’histoire.

L’Oeil Silencieux est produit par Max Muccin et Karim Ouelhaj pour un budget de 45 000€.

La société de production est Okayss Prod.

L’Oeil Silencieux a remporté le Grand Prix du meilleur court-métrage Belge, ainsi que le prix Méliès d’Argent au Brussels International Fantastic Film Festival 2016, où il était présenté en avant-première mondiale à domicile ! Cela lui promet une belle et grande carrière dans les festivals cette année ! Le court sera projeté en avant-première française au Festival Le Court En Dit Long à Paris, début juin. Amis de la région parisienne, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Mon avis : L’Oeil Silencieux de Karim Ouelhaj commence très fort avec sa scène d’ouverture où Bernard a rendez-vous avec un agent immobilier pour une location (Je n’en dirai pas plus, afin de ne pas gâcher un certain plaisir fracassant !). Techniquement, le premier plan de la caméra qui se balade dans la rue est magnifique. Un joli traveling réalisé par le directeur de la photographie Bruno Degrave qui balade son objectif à ras de terre pour terminer en altitude. Beaucoup de plans sont montrés depuis un point en hauteur. Telle une vision d’un Dieu sur Terre. La technique des plans de la caméra, ainsi que la technique sur la lumière tout au long de l’histoire est magnifique. Les sons de Fred Meert et la musique de Nox renforcent le côté intriguant et strident du film. On peut y voir l’appartement comme le subconscient de Bernard et le trou au plancher, comme une brèche entre son subconscient et sa conscience. Mais là, je vais un peu trop loin dans mes délires Freudiens ! L’Oeil Silencieux est un pur jus fantastique empreint d’une folie paranoïaque. Le spectateur assiste impuissant à du voyeurisme qui va tomber dans une spirale infernale. Wim Willaert interprète magnifiquement le rôle de cet homme seul (Qui ne sort jamais de chez lui), apparemment sans boulot et sans copine. On sent une influence Hitchcockienne, surtout en pensant au film Fenêtre sur Cour de sir Alfred, où déjà un voisin épiait sa voisine. Et côté paranoïa, on pense bien sûr, au film Le Locataire de Roman Polanski. On peut y voir également du Kafka, je pense à La Métamorphose. Karim Ouelhaj réussi haut la main ce huis clos se déroulant dans l’appartement de Bernard. Malgré un jeu centré sur le personnage de Bernard qui remplit l’écran, les vingt-huit minutes du film passent assez vite. Le genre du film fantastique est saupoudré d’humour noir (Le chien mangeur de saucisse, qui porte bien son nom (dont je ne dirai pas pour ne pas spoiler), apporte sa dose d’humour cocasse) et d’érotisme. L’acteur Wim Willaert est bon, le directeur de la photographie Bruno Degrave, un petit génie et le réalisateur Karim Ouelhaj, doué et sûrement un peu dérangé dans sa tête. L’Oeil Silencieux est à ranger aux côtés d’un autre court-métrage percutant et dérangeant, qui est Un Ciel Bleu Presque Parfait de Quarxx. Les deux courts-métrages dégagent une atmosphère glauque et inquiétante. Allez jeter un œil ou deux à ce petit bijou expérimental, qu’est L’Oeil Silencieux de Karim Ouelhaj, très bien réalisé doté d’une technicité maitrisée. Ma note : 8,5/10.

Je remercie chaleureusement Florence Saâdi ainsi que Okayss Prod pour leur collaboration à cet article !

Olivier H.

Critique du court-métrage L'OEIL SILENCIEUX de Karim Ouelhaj (Belgique)
Critique du court-métrage L'OEIL SILENCIEUX de Karim Ouelhaj (Belgique)
Critique du court-métrage L'OEIL SILENCIEUX de Karim Ouelhaj (Belgique)
Critique du court-métrage L'OEIL SILENCIEUX de Karim Ouelhaj (Belgique)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents