Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


Critique THE REVENANT d'Alejandro Gonzalez Inarritu (Etats-Unis)

Publié par lecinemadolivierh sur 18 Mars 2016, 20:39pm

Catégories : #Critique Film

Critique de THE REVENANT d’Alejandro Gonzalez Inarritu (Etats-Unis) :

Date de sortie en France : 24 février 2016

Genre : aventure dramatique

Sujet : Qui veut la peau d’Hugo Glass (Leonardo DiCaprio magistral !) ? Des peaux rouges, un ours, John Fitzgeral (Tom Hardy impec et glaçant), encore les peaux rouges, encore John et encore les peaux rouges ! Merde, je viens de raconter le film qui est en quelque sorte un cache-cache avec les indiens ... Alors qu’un bataillon de trappeur s’apprête à retourner de là d’où ils viennent, des indiens leur tombent dessus sauvagement. En effet, en tant qu’adhérent à l’association Brigitte Bardot, les indiens n’apprécient pas que l’on s’en prend aux animaux. Quelques rescapés réussissent à s’échapper à bord d’un petit navire, dont Hugo Glass, l’éclaireur du bataillon et son jeune fils Hawk (Forrest Goodluck). Puis, lors d’une expédition en éclaireur, la peau de Glass ne vaudra pas grand-chose face à celle d’une maman ours. Cette dernière ayant la fâcheuse habitude de jouer un peu trop brusquement avec ses jouets humains. Entre la vie et la mort, Hugo rêve de glace, ou Glass rêve d’Hugo … je ne sais plus très bien ...

The Revenant, sixième film du réalisateur mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu, est une adaptation libre du roman Le Revenant de Michael Punke, fondé sur l’histoire vraie du trappeur Hugh Glass. Attention, le film contient de nombreuses scènes assez violentes entre des hommes et des hommes et un homme avec un ours. On n’est pas très loin du pitch du magnifique court-métrage L’Ours Noir de Meryl Fortunat-Rossi et Xavier Seron.

The Revenant est produit par Megan Ellison, Steve Golin, Alejandro Gonzalez Inarritu, David Kanter, Arnon Milchan, Keith Redmon et James W. Stotchdopole.

Les sociétés de production sont Anonymous Content, New Regency Pictures et RatPac Entertainment.

Le budget du film est de 135 millions de dollars, alors que le budget du précédent film du réalisateur, Birdman était de 18 millions de dollars ! Un budget conséquent, approchant les 200 millions de dollars, budget habituel des blockbusters à la sauce Marvel ou Disney.

La recette du film s’élève au moment de l’écriture de cet article à plus de 440 millions de dollars. Jackpot !

La société de distribution du film en France est 20th Century Fox.

The Revenant a remporté de nombreux prix, dont l’Oscar 2016 du meilleur réalisateur pour Alejandro Gonzalez Inarritu qui a remporté deux fois de suite l’Oscar (L’année dernière avec Birdman). L’Oscar de la meilleure interprétation pour (enfin !) Leonardo DiCaprio et l’Oscar de la meilleure photographie pour l’habitué Emmanuel Lubezki. Ce dernier a remporté trois fois de suite l’Oscar de la meilleure photographie. Il est le seul à avoir remporté trois fois consécutivement ce prix. A cela s’ajoute trois Golden Globes 2016, celui du meilleur film dramatique, celui du meilleur réalisateur et celui du meilleur acteur.

Nombre d’entrée en salle en France : 2 868 142 et le film est toujours en salle … Il devrait dépasser les 3 millions d’entrées.

Note IMDB : 8,2/10 pour 280 454 votes des internautes. Une excellente note !

Mon avis : Est-ce le même Alejandro Gonzalez Inarritu qui avait réalisé des chefs d’œuvres comme Amours Chiennes, 21 Grammes ou encore Babel qui a réalisé The Revenant ? Ce même réalisateur issu de la production indépendante, avec des thèmes sur la psychologie humaine, les émotions. Alors que The Revenant se range plutôt aux côtés des Survival avec Leonardo DiCaprio s’accrochant à la vie pendant plus de deux heures interminables. Le budget conséquent et hors norme comparé aux précédents films du réalisateur, a pris le dessus sur l’artiste. Sortir au cinéma The Revenant, juste un an après Birdman, son précédent film, n’est pas dans les habitudes du réalisateur, qui met généralement quatre années à sortir un film indépendant. Que s’est-il passé ? The Revenant est-il une commande des studios à Inarritu ? Ce dernier a-t-il chopé la grosse tête suite à l’Oscar du meilleur film et l’Oscar du meilleur réalisateur en 2014 pour Birdman ? Quand on apprend qu’au départ, le réalisateur Coréen Park Chan-wook (Stoker, Old Boy, Sympathy for Mister Vengeance) devait réaliser le film avec l’acteur Samuel L. Jackson dans le rôle de Glass … Cela se sent à plein nez, lorsque l’on regarde le film qui est d’une cruauté sans égale sur fond de vengeance, sujet de prédilection des réalisateur Coréens. Parachuter le réalisateur mexicain adepte des productions indépendantes sur ce projet est pour moi incompréhensible. Une erreur de parcours du réalisateur. Certes, le film n’est pas à mettre à la poubelle. Il mérite les prix qu’il a reçus. A commencer par l’Oscar du Meilleur Acteur pour, enfin, le magistral Leonardo DiCaprio. Ce dernier qui aurait pu déjà avoir eu l’Oscar avec ses interprétation dans Gilbert Grape, Roméo+Juliette, Titanic, Shutter Island, Blood Diamond ou encore le plus réussit, Le Loup de Wall Street. Un rôle fort, fait sur mesure pour la course aux Oscars. La photographie d’Emmanuel Lubezki (Collaborateur de Terrence Malick et d’Alfonso Cuaron) est magnifique avec ces paysages sauvages. L’utilisation de la lumière naturelle fait que les images sont pures et naturelles. Un enchainement de tableaux. A ce sujet, la seconde équipe du tournage a fait du très bon boulot. Par contre, l’utilisation, un peu trop à mon goût, de la caméra qui se met à tourner sur elle-même n’apporte rien, sinon un bon mal de mer. Une caméra qui résume assez bien le défaut du scénario : il tourne en rond pendant 2h30 à jouer à cache-cache avec des indiens. Ma note : 7/10. Malgré que ce ne soit pas le meilleur film d’Inarritu (Pour moi, cela reste Babel), The Revenant reste un bon film qui risque de marquer l’année 2016. La scène où Glass affronte la maman ours est tout simplement surréaliste ! On a vraiment l’impression que DiCaprio se fait méchamment violenté par maman ours. Les effets spéciaux sont impressionnants. C’est du grand Art qui a touché du doigt le chef d’œuvre incontestable.

Olivier H.

Critique THE REVENANT d'Alejandro Gonzalez Inarritu (Etats-Unis)
Critique THE REVENANT d'Alejandro Gonzalez Inarritu (Etats-Unis)
Critique THE REVENANT d'Alejandro Gonzalez Inarritu (Etats-Unis)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents