Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


PIFFF 2015 : critique de DEATHGASM de Jason Lei Howden (Nouvelle Zélande)

Publié par lecinemadolivierh sur 28 Novembre 2015, 16:40pm

Catégories : #Critique Film, #Festival

PIFFF 2015 : critique de DEATHGASM de Jason Lei Howden (Nouvelle Zélande) :

Le film a été présenté en hors compétition au PIFFF 2015.

Genre : horreur

Sujet : deux métalleux, Brodie (Milo Cawthorne) et Zakk (James Blake) vont réveiller un démon qui faisait la sieste en enfer, simplement en jouant un morceau de métal satanique avec leurs guitares (Image facile du métal qui n’a pas que pour thème Satan et la magie noire !). Que faire face à un démon mal réveillé, si ce n’est que de lui fourrer le manche de la guitare dans le fion ? Et bien, oubliez vos prières et prenez tout ce qui peut faire très mal, comme par exemple une tronçonneuse …

Deathgasm, c’est l’histoire de deux potes métalleux qui viennent de faire une grosse connerie, sous l’impulsion d’une vengeance. Ils vont essayer de réparer les dégâts avec l’aide de la charmante Medina (Kimberley Crossman).

Deathgasm est produit par Ant Timpson (Housebound, Turbo Kid) ainsi que les sociétés de production Metalheads, MPI Media Group, New Zealand Film Commission (L’équivalent de notre CNC, ce qui peut paraître aberrant pour ce genre de film) et Timpson Films.

Au moment de l’écriture de cet article, Deathgasm n’a pas encore trouvé un distributeur pour la France.

Deathgasm a été présenté dans de nombreux festivals où il a remporté quelques prix, comme le grand prix au festival de ciné de terreur de Molins de Rei (Espagne), le grand prix au Razor Reel Fantastic Film de Bruges (Belgique), le grand prix au Toronto After Dark (Canada) ainsi que le prix du public à l’Absurde Séance (France). De très belles distinctions !

Note IMDB : 6,4/10 pour 2 435 votes des internautes. Une note assez moyenne dans l’ensemble.

Ma note : 6,5/10. Etes-vous prêt pour quatre-vingt-six minutes d’humour pipi-caca, surenchéri de sex-toys ? Eh bien, moi, je ne l’étais pas et je ne le suis toujours pas ! C’est un humour qui ne décolle pas au-dessus du niveau élémentaire. Dans la lignée d’un Wayne’s World, mais en version plus thrash et gore, rien de nouveau sous le soleil ! C’est toujours la même chose. Les métalleux sont représentés comme de pauvres types adeptes au satanisme. On peut lire ici et là, que Deathgasm est à la croisée de Braindead de Peter Jackson (Un grand classique) et de Evil Dead de Sam Raimi (Un autre grand classique du genre). Je suppose que pour le premier film, la ressemblance vient du fait que les réalisateurs viennent du même pays, la Nouvelle Zélande et que pour le second, la ressemblance vient que les deux films sont démoniaques. Pour moi, la ressemblance s’arrête là ! (Okay, il y a tout de même des scènes gores inspirées de Braindead, grand classique, je le répète). Jason lei Howden, le réalisateur a travaillé chez Weta Digital, boîte qui s’est chargée des effets spéciaux sur la trilogie du Hobbit, Promotheus ou encore Avengers et heureusement, il ne s’est pas amusé à remplir le film avec des effets numériques, mais bien avec des effets à la old school, du genre Tom Savini. Malgré ma petite déception côté humour, je retiens tout de même la superbe scène où il y a une double décapitation. Cette scène est complètement absurde (dans le bon sens du terme) et décalée. Un très bon moment. Je retiens également, la scène avec la tronçonneuse dans la maison de l’oncle de Brodie, qui est assez amusante et nostalgique aux premiers films de Peter Jackson, baignés de scènes gores. Mis à part ces deux scènes, les autres sont plutôt du genre couilles molles, même si on peut voir des bites un peu moins molles dans le film ! Je m’attendais à entendre du lourd, côté musique. Et bien, même pas vrai. Il y a seulement quelques passages de quelques secondes de riffs agressifs par-ci, par-là, c’est tout ! What else ? You are talking Metal to me ? Si l’objectif de Deathgasm était de nous faire jouir et bien le résultat n’a pas été atteint pour ma part. Malgré toutes ces attentes non atteintes (Un peu plus de folies furieuses auraient été bienvenues), Deathgasm, qui est le premier long métrage du réalisateur, il faut le souligner, reste le meilleur film vu au PIFFF 2015 !

Olivier H.

PIFFF 2015 : critique de DEATHGASM de Jason Lei Howden (Nouvelle Zélande)
PIFFF 2015 : critique de DEATHGASM de Jason Lei Howden (Nouvelle Zélande)
PIFFF 2015 : critique de DEATHGASM de Jason Lei Howden (Nouvelle Zélande)
PIFFF 2015 : critique de DEATHGASM de Jason Lei Howden (Nouvelle Zélande)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents