Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du cinema d' Olivier H

Le blog du cinema d' Olivier H

Blog spécialisé sur les Festivals Internationaux de Films Fantastiques comme Fantastic'Arts, FantasPorto, BIFFF, AIFFF, Mauvais Genre, Cannes, NIFFF, Fantasia, PiFan, Deauville, L'Etrange Festival, FEFFS, La Samain, Trieste, Razor Reel, Les Utopiales, PIFFF ...


Critique de LUCY de Luc Besson (France)

Publié par lecinemadolivierh sur 27 Février 2015, 20:38pm

Catégories : #Critique Film

Critique de LUCY de Luc Besson (France) :

(Date de sortie en salle le 6 aout 2014)

Genre : science-fiction

Sujet : Taipei, Lucy (Scarlett Johansson), une jeune gueunon (âgées de plusieurs millions d’années) se fait la malle avec des mafieux Coréens. Ces derniers ont en leurs possessions une drogue de synthèse proche de ce que produisent les femmes enceintes. (Ben ouais, on est des drogués avant même d’être nés ! C’est Besson qui le dit !) A défaut d’être enceinte, ce qu’un Coréen aurait souhaité remédier, Lucy se retrouve avec un sachet de drogue dans le ventre. (La blonde pulpeuse pense peut être que c’est comme cela que l’on tombe enceinte ! Et ben ouais, c’est une blonde les gars …) Puis par accident, du genre un Coréen qui prend Lucy pour un ballon de football, le sachet éclate et son contenu part explorer le joli corps de notre Lucy (Y’en a qui ont de la veine quand même de se balader dans ce corps!). Cela va avoir comme conséquences, en dehors de planer à la hauteur d’un Boing 747, un accroissement exponentiel des capacités mentales de Lucy. Bon, en partant d’un Q.I. proche de zéro, ce n’est pas trop difficile vous me direz. Mais de là, à contrôler le temps, l’espace et la matière, nous on fait quoi maintenant avec ce genre de nana ? Avec ses supers pouvoirs psychiques, Lucy réussit à se faire la malle (C’est toute l’histoire de ce film !) et les Coréens partent à sa poursuite, afin de récupérer leur merde (Je ne parle pas içi de leurs voitures Kya) …

Lucy peut faire penser à des films comme 2001 L’Odyssée de l’Espace de Kubrick ou encore Le Cobaye de Brett Leonard, dont le héros, un autiste augmente ses capacités mentales par le biais d’une drogue.

Lucy est dotée d’une très belle distribution à commencer par Scarlett Johansson, non pas par son jeu d’actrice, mais pour ses formes, puis de l’interprétation du professeur Samuel Norman par l’excellent Morgan Freeman et de l’interprétation de Jang par l’un des meilleurs acteurs Coréens, Choi Min-sik (Old Boy, The Quiet Family, Lady Vengeance, J’ai rencontré le Diable).

Lucy est produit par Christophe Lambert (Ce n’est pas l’acteur mais un homonyme sociétaire d’EuropaCorp) et des sociétés de production Canal+, Ciné+, EuropaCorp et TF1 Films Production.

Le film est distribué en France par EuropaCorp Distribution.

Budget du film : 40 millions d’euros pour une recette de 443,5 millions de dollars. Un film donc très rentable. Jackpot pour Besson qui signe également le plus gros succès d’un film Français à l’étranger avec plus de 53 millions d’entrées, devant Taken 2, Le Cinquième Elément (Egalement réalisé par Luc Besson)

Nombre d’entrée en salle en France : 5,2 millions d’entrées. Un des plus gros cartons de l’année 2014, après Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ?

Note IMDB : 6,4/10 pour 14 248 votes des internautes. Ce qui est assez moyen comme note.

Ma note : 2/10. Lucy est le plus gros succès d’un film Français à l’étranger, mais il est de loin, le meilleur film de son réalisateur Luc Besson. Je ne parle pas des autres dobes à la sauce Taxis et Cie, mais bien de Leon ou de Nikita. Les deux accidents de parcours de Besson. Ou plutôt les deux miraculés ! Une époque où il avait un certain talent pour raconter de belles histoires. Certes, pour un film Français, les effets spéciaux (Il y a plus de mille plans d’effets spéciaux dans le film), ici signés par ILM, sont plutôt bien réussit avec une scène copie conforme d’un Matrix. Côté scénario, c’est l’encéphalogramme archi plat. Dommage que le scénario ait atterri dans les mains moites de Besson qui est bien meilleur producteur avec sa boîte EuropaCorp (Jack et la Mécanique du Cœur) que scénariste. La très belle distribution du film a sûrement contribuée à ce franc succès mondial. Lucy, est un peu comme une coquille vide. Dommage, le concept était intéressant, même s’il a déjà été exploité …

Olivier H.

Critique de LUCY de Luc Besson (France)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents